728 x 90



L'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI)

L’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran avec un demi-siècle de précédents dans la lutte pour la démocratie en Iran. Sur la photo : des militants de l’organisation dans les manifs antimonarchistes de 1978
L’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran avec un demi-siècle de précédents dans la lutte pour la démocratie en Iran. Sur la photo : des militants de l’organisation dans les manifs antimonarchistes de 1978

L'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI), également connue sous le nom de Mujaheddin-e-Khalq (MEK), est le principal groupe d'opposition iranien, avec plus d’un demi-siècle de précédents dans la lutte pour la liberté et la démocratie en Iran. L'OMPI est l’une des composantes du Conseil national de la résistance iranienne (CNRI), une grande coalition de dissidents et d'organisations qui soutiennent le changement de régime démocratique en Iran.

Le CNRI et l’OMPI sont attachés à l'établissement d'un État laïque, démocratique et non nucléaire en Iran. Les principes auxquels adhère l'OMPI comprennent la liberté d’opinion, d'expression, d’association, de la presse, le respect de la Déclaration universelle des droits de l'homme, l'égalité des sexes, le pluralisme politique, la promotion de la paix au Moyen-Orient.

Massoud Radjavi, qui a été pendant sept ans prisonnier politique avant la Révolution de 1978, dirige cette organisation d'opposition iranienne depuis 1972, après que le régime du Chah ait exécuté les fondateurs de l’OMPI. Maryam Radjavi, l'épouse de Massoud Radjavi, est la présidente du CNRI.
L’OMPI a joué un rôle majeur pour contrecarrer la course à l’armement nucléaire du régime iranien en dévoilant son programme secret, pour la première fois en 2002. L'organisation a également été une importante source d'informations sur les plans terroristes de Téhéran dans le Moyen-Orient et ses violations des droits de l'homme en Iran.

Le régime iranien a exécuté plus de 120.000 membres et sympathisants de l’OMPI depuis 1981, après avoir interdit tous les groupes d'opposition iraniens dans le pays et mené une répression violente et généralisée contre tous les dissidents iraniens à l'intérieur et à l'extérieur de l'Iran.

Malgré toutes les épreuves et les complots que l’OMPI a traversées en plus d'un demi-siècle depuis sa fondation, elle poursuit sa lutte pour la liberté et la démocratie en Iran jusqu'à ce jour.

La révélation du programme nucléaire iranien

L’OMPI et le CNRI sont restés vigilants sur les activités nucléaires de Téhéran, répétant les dénonciations des aspects secrets de ces dernières
L’OMPI et le CNRI sont restés vigilants sur les activités nucléaires de Téhéran, répétant les dénonciations des aspects secrets de ces dernières


En 2002, avec l'aide de ses réseaux de résistance à l'intérieur de l'Iran, l’OMPI a levé le rideau sur le programme nucléaire secret du régime iranien en révélant l'existence de deux installations nucléaires non divulguées à Natanz et Arak (centre de l’Iran). Les révélations de l'opposition iranienne ont déclenché un effort international pour freiner les ambitions nucléaires du régime iranien et empêcher Téhéran d'acquérir la bombe atomique.

L’OMPI et le CNRI ont toujours sont persuadés que le programme nucléaire iranien et ses installations d'enrichissement de l'uranium devraient être totalement démantelés et sont restés vigilants sur les activités nucléaires de Téhéran, répétant les dénonciations des aspects secrets de ces dernières.

Contre les ingérences de Téhéran dans le Moyen-Orient

Les interventions étrangères du régime iranien a ruiné l'économie de l’Iran et plongé la région dans le chaos
Les interventions étrangères du régime iranien a ruiné l'économie de l’Iran et plongé la région dans le chaos


L’OMPI s'oppose depuis longtemps aux ingérences de Téhéran dans les pays voisins, qui ont d’ailleurs coûté très chères au peuple iranien. Les interventions étrangères du régime iranien a ruiné l'économie de l’Iran et plongé la région dans le chaos, alimentant les conflits sectaires et créant un terrain propice à la poussée des groupes terroristes et extrémistes.

Le mouvement d'opposition iranien a joué un rôle de premier plan dans la révélation les détails ces interventions meurtrières en Irak, en Syrie, au Yémen et au Liban. Ces dernières années, l’OMPI et le CNRI ont révélé les noms de milliers des hommes de main du régime iranien impliqués dans des activités terroristes à l'étranger, en particulier en Irak et en Syrie, où Téhéran a soutenu le régime de Bachar al-Assad en assassinant des centaines de milliers de civils innocents.

L’OMPI et le CNRI entretiennent des relations amicales avec l'opposition syrienne et soutiennent la lutte du peuple syrien pour se libérer de la dictature. L'opposition iranienne croit à la coexistence pacifique avec les pays de la région et à la contribution à la paix et à la sécurité mondiales.

Victime du terrorisme et des violations des droits de l'homme

En 1988, après une fatwa de Khomeiny, la dictature iranienne a exécuté 30.000 prisonniers politiques, pour la plupart membres et partisans de l’OMPI
En 1988, après une fatwa de Khomeiny, la dictature iranienne a exécuté 30.000 prisonniers politiques, pour la plupart membres et partisans de l’OMPI


Après la révolution de 1979, lorsque Khomeiny a pris le pouvoir en Iran, l’OMPI a joué un rôle très important dans la défense des libertés civiques et des droits de l'homme. Pendant une période de deux ans et demi, les membres et les partisans de l’OMPI ont largement participé à des rassemblements sociaux et à des réunions dans le but d’appeler le pouvoir en place à respecter les droits du peuple.

En 1981, le régime de Khomeiny a interdit tous les groupes d'opposition iraniens, y compris l’OMPI, et s'est engagé dans une vaste et violente répression contre tous les dissidents. Dans les années qui ont suivi, la théocratie a exécuté des des dizaines de milliers de membres et de sympathisants de l’OMPI. Rien qu'en 1988, après une fatwa de Khomeiny, la dictature iranienne a exécuté 30.000 prisonniers politiques, pour la plupart membres et partisans de l’OMPI.

Parallèlement à la répression interne de l'opposition iranienne, le régime des mollahs a organisé des dizaines d'opérations terroristes contre les membres et les partisans de l’OMPI à l'étranger. Les agents du régime ont assassiné d'éminents membres de l'opposition iranienne, dont Kazem Radjavi, le frère de Massoud Radjavi, et d'autres membres de l’OMPI et du CNRI. Les mandataires terroristes du régime ont également attaqué le quartier général de l’OMPI en Irak à plusieurs reprises, en particulier après le conflit entre les États-Unis et l'Irak en 2003, tuant plus de 100 personnes et en blessant des milliers d'autres.

Les réseaux de l’OMPI à l'intérieur de l'Iran

Les plus hauts responsables du régime iranien ont reconnu le rôle que les réseaux de l’OMPI dans l’organisation des manifestations
Les plus hauts responsables du régime iranien ont reconnu le rôle que les réseaux de l’OMPI dans l’organisation des manifestations


Ces dernières années, les réseaux des partisans et des militants de l’OMPI ont joué un rôle important en contournant la censure de l'information par le régime iranien et en créant un flux d'informations en provenance et à destination de l'Iran. Pendant les soulèvements populaires de décembre et janvier 2017-2018 qui ont ébranlé le régime iranien, les réseaux de l'opposition iranienne à l'intérieur du pays ont contribué à obtenir des nouvelles, des photos et des vidéos des manifestations et à les diffuser dans le monde entier. Au péril de leur vie, les militants de l’OMPI ont recueilli des informations sur les manifestations et affiché des banderoles à travers le pays pour soutenir le changement de régime en Iran.

Les plus hauts responsables du régime iranien, y compris son Guide suprême, Ali Khamenei, ont reconnu le rôle que les réseaux de l’OMPI dans l’organisation des manifestations.

Soutien international de l’OMPI

L’OMPI bénéficie d'un large soutien dans la diaspora iranienne
L’OMPI bénéficie d'un large soutien dans la diaspora iranienne


L’OMPI bénéficie d'un large soutien dans la diaspora iranienne ainsi que des organisations, des politiciens et des personnalités qui partagent les valeurs et les objectifs de l'opposition iranienne en matière de liberté et de démocratie. Aux États-Unis et en Europe, les politiciens et les parlementaires de tout l'éventail politique soutiennent l’OMPI et le CNRI et assistent régulièrement aux rassemblements de l'opposition iranienne pour exprimer leur soutien aux luttes du peuple iranien et à la nécessité de faire face aux ambitions terroristes et nucléaires du régime iranien.

L’OMPI est également très appréciée au Moyen-Orient, où les pays de la région ont le plus souffert des interventions meurtrières du régime iranien et soutiennent l’OMPI qu’ils apprécient comme l'antithèse de l'idéologie extrémiste des mollahs.