728 x 90

Iran – PE :

150 eurodéputés condamnent les violations des DH et le terrorisme d'État du régime iranien

Cent-cinquante eurodéputés ont signé une déclaration contre les violations des droits de l'homme et les attentats terroristes du régime iranien
Cent-cinquante eurodéputés ont signé une déclaration contre les violations des droits de l'homme et les attentats terroristes du régime iranien

Cent-cinquante membres du Parlement européen (PE) se sont réunis pour signer une déclaration contre les violations des droits de l'homme et les attentats terroristes du régime clérical iranien.

Les eurodéputés de 27 États européens et de six partis politiques différents ont exprimé leurs préoccupations face au sort de l'opinion publique iranienne et des membres de l'opposition iranienne vivant à l'étranger. Parmi les signataires figurent quatre anciens vice-présidents du Parlement européen et 14 présidents de commissions et de délégations européennes.  " Nous sommes très préoccupés par la détérioration de la situation des droits de la personne et la répression des femmes en Iran ", précise notamment cette déclaration.

 

Peines violentes et sanglantes

Les signataires se sont référés au recours généralisé de l'Iran à la peine capitale comme un exemple des violations des droits de l'homme commises par le régime. Selon leur déclaration, " le pays a maintenu le plus grand nombre d'exécutions au monde par habitant pendant la présidence du soi-disant "modéré" Hassan Rouhani ".

L'Iran est responsable de plus de la moitié des exécutions sur la planète. Sous Hassan Rouhani, le nombre des exécutions a grimpé en flèche. L'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI ou en persan, MeK) a établi le bilan de 3.602 exécutions sous le président actuel.

 

Élimination de l'opposition politique

Les députés ont également attiré l'attention sur la campagne violente menée par le régime contre la MeK et les membres de l'opposition iranienne.

Téhéran et les dirigeants du régime ont été chargés de coordonner une série d'attaques terroristes contre des membres de la MeK vivant à l'étranger. Le plus récent complot a vu un couple belgo-iranien tenter de faire exploser une voiture piégée lors du grand rassemblement annuel de la MeK à Paris. Le complot a été déjoué dans sa phase finale, avant d’être condamné par la communauté internationale, notamment par l'ancien maire de New York, Rudy Giuliani.

Dans un autre complot, le régime iranien a tenté d'assassiner un opposant au Danemark. Deux agents du régime iranien ont également été appréhendés avant qu'ils n'aient pu exécuter une violente attaque contre les membres de la MeK vivant en exil en Albanie plus tôt cette année.

La déclaration des députés a qualifié les complots du régime de "nouvelle vague de terrorisme" et a condamné toute attaque terroriste planifiée sur un sol étranger.

 

Tenir le régime iranien responsable de ses actes

À la suite des attentats terroristes déjoués, le gouvernement français a expulsé un diplomate iranien et gelé des avoirs appartenant au ministère iranien du renseignement (Vevak). Cependant, au-delà de ces gestes, la réaction de la communauté européenne est restée muette.

Les 150 députés européens se sont penchés sur la nécessité de changer cela.

"Le silence de l'UE face aux violations brutales des droits de l'homme en Iran et l'absence de toute réponse aux graves complots terroristes en Europe sont inacceptables", dit la déclaration des 150 eurodéputés qui ont appelé l’Europe à une politique de fermeté à l’égard de l’Iran.

" Nous devons tenir le régime iranien responsable de ses complots terroristes et expulser d'Europe les agents du ministère iranien des renseignements."

" Nous devons également conditionner nos relations avec l'Iran à une amélioration des droits humains et des droits des femmes et à l'arrêt des exécutions ", ajoutent les signataires de la déclaration.

L'eurodéputé Gérard Deprez, président du Groupe des Amis d’un l'Iran libre au PE, a ajouté dans une déclaration à Bruxelles que " les droits de l'homme en Iran ne peuvent être compromis ou marginalisés pour des raisons politiques, commerciales ou nucléaires ".

Cette déclaration représente la dernière étape dans la fin progressive d'une politique d'apaisement à l'égard des mollahs en Europe. Toutefois, pour que l'énoncé soit vraiment efficace, il doit conduire à des mesures concrètes contre les excès du régime iranien en matière des droits de l’Homme et de son terrorisme sur la scène internationale.

Recommandés

Deniers infos et articles