728 x 90

Malgré les rafles et les magouilles diverses :

17e jour de grève des routiers dans 320 villes d’Iran

La grève des routiers s’est continué pour le 17e jour dans 320 villes de l’Iran
La grève des routiers s’est continué pour le 17e jour dans 320 villes de l’Iran

Mardi, la grève des routiers iraniens est entré dans son dix-septième jour de suite. Les rafles effectuées dans les milieux des grévistes et toute une panoplie d’astuces et de magouilles pour les faire renoncer à poursuivre le mouvement, le régime iranien n’a pu enrayer la grève générale des routiers qui s’est répandue dans 320 villes du pays.

Aujourd’hui encore la grève a continué dans la plupart des villes iraniennes dans les quatre coins du pays.

À cause de cette grève, le régime iranien a été obligé d’avoir recours aux chemins de fer pour le transport du carburant. Le directeur de la branche de diffusion de condensats de la province de Fars (sud du pays) a prétendu que ce recours aux chemins de fer a eu lieu pour assurer une meilleure sécurité des transports, ce qui ne dupe personne quant à la raison essentielle qui n’est autre que la grève des routiers.  

Les routiers protestent contre les bas salaires, le non-paiement des primes d’assurance, la non attribution des primes de difficultés du travail, la flambée des prix des pièces détachées, des taxes et des commissions qui bouffent une bonne partie de leurs revenus, les pots-de-vin reçus dans les terminaux de marchandises et par la police routière, des routes détériorées, les discriminations et des pensions de retraites dérisoires.

 

Recommandés

Deniers infos et articles