728 x 90

Amnesty International condamne les propos choquants d’un responsable des massacres en Iran

Iran; contre l'impunité
Iran; contre l'impunité

Suite aux déclarations scandaleuses du sinistre Mostafa Pourmohammadi, un des auteurs du massacre des prisonniers politiques en 1988 en Iran, Amnesty International a publié une déclaration pour s’insurger contre l’arrogance criminelle de ce membre de la « Commission de la mort » à Téhéran.

Traduit de l’anglais :

(Extraits) Les récentes déclarations de Mostafa Pourmohammadi, conseiller du chef du pouvoir judiciaire iranien et ancien ministre de la justice, défendant les exécutions extrajudiciaires massives de 1988, confirment de manière choquante le mépris délibéré des autorités pour le droit international des droits humains, tant à l'époque qu'aujourd'hui, et rappellent avec force aux hauts responsables impliqués dans ces meurtres le sens de l'impunité dont ils bénéficient, a déclaré Amnesty International.

L'organisation est particulièrement préoccupée par les commentaires de Mostafa Pourmohammadi accusant ceux qui prônent la vérité et la responsabilité du "terrorisme" et de la "collusion" avec les ennemis géopolitiques de l'Iran, et les avertissant qu'ils seront poursuivis. Ces commentaires, associés à la nomination, en mars 2019, d'Ebrahim Raissi, qui, comme Mostafa Pourmohammadi, a participé aux exécutions extrajudiciaires massives de 1988, au poste de chef du pouvoir judiciaire, ont accru le risque de harcèlement et de persécution des survivants, des membres de leurs familles et des défenseurs des droits humains simplement pour rechercher la vérité et la justice.

Les responsables iraniens actuels et anciens ne doivent pas être autorisés à se soustraire à la responsabilité des exécutions extrajudiciaires massives par des campagnes de désinformation et des menaces de représailles contre quiconque cherche à faire la lumière sur eux.

Amnesty International renouvelle donc son appel à l'ONU et à ses États membres pour qu'ils parlent fermement et ouvertement de l'impunité systématique entourant les crimes contre l'humanité liés aux exécutions extrajudiciaires de masse de 1988. Le rapport d'Amnesty International de décembre 2018, « des secrets couverts de sang : La raison pour laquelle les massacres perpétrés dans les prisons iraniennes en 1988 sont des crimes contre l'humanité en cours » a conclu que, outre le meurtre, ces crimes contre l'humanité comprennent la dissimulation systématique du sort des victimes ou du lieu où se trouve leur dépouille, ce qui constitue un crime de disparition forcée en droit international.

La communauté internationale doit explorer des voies concrètes vers la vérité et la justice, afin de veiller à ce que les personnes soupçonnées d'être responsables soient poursuivies dans le cadre de procès équitables sans condamnation à mort et à ce que les familles des victimes obtiennent réparation conformément aux normes internationales. Les réparations devraient inclure la facilitation du retour des restes humains des victimes décédées aux membres de leur famille et l'exécution des rites funéraires et des rites culturels pour les morts.

contre limpunité

Distorsion grotesque de la nature et du contexte des massacres de prisons en 1988

Dans une interview publiée par l'hebdomadaire Mossalass le 25 juillet 2019, Mostafa Pourmohammadi a été interrogé sur les critiques que la République islamique d'Iran continue de recevoir au sujet des exécutions qu'elle a perpétrées à la suite de l'incursion armée en Iran, en juillet 1988, de l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI), un groupe d'opposition basé en Irak à cette époque, visant des prisonniers qui ne s'étaient pas « repentis » pour leurs opinions et activités politiques.

En réponse, il a répondu que les gens tués étaient des « criminels et des terroristes » qui avaient été « temporairement » admissibles à la commutation de leur peine de mort, mais qu'il avait fallu « combattre » après qu'elles aient commencé, en secret en prison, à être de connivence avec l'OMPI et à appuyer son incursion armée et à s'y joindre (…)

Les propos de Mostafa Pourmohammadi propagent les mêmes récits mensongers que les autorités iraniennes utilisent depuis des décennies pour cacher la vérité : entre juillet et septembre 1988, elles ont fait disparaitre de force et ont exécuté de manière extrajudiciaire plusieurs milliers de dissidents politiques injustement emprisonnés en secret dans le cadre d'une tentative d’élimination systématique de l'opposition politique.

Contrairement à ces récits, qui diabolisent les victimes en tant que « terroristes » et « meurtriers », ceux qui ont disparu de force et ont été exécutés de manière extrajudiciaire en 1988 étaient pour la plupart des jeunes, hommes et femmes, quelques adolescents, injustement emprisonnés en raison de leurs opinions politiques et de leurs activités politiques non-violentes comme la distribution de journaux et brochures d'opposition, participation à des manifestations, collecte de dons pour les familles des détenus ou d’association à ceux qui étaient politiquement actifs.

Certains d'entre eux étaient détenus arbitrairement sans jamais avoir été jugés ou condamnés ; d'autres purgeaient des peines d'emprisonnement injustes allant de l'emprisonnement à perpétuité à deux ou trois ans seulement ; certains avaient purgé leur peine et devaient être libérés ou avaient été informés qu'ils resteraient en prison s'ils n'étaient pas considérés comme « suffisamment repentis ».

Il convient de souligner que les disparitions forcées et les exécutions extrajudiciaires sont interdites en toutes circonstances, quels que soient les actes dont la victime est soupçonnée ou pour lesquels elle a été condamnée. Les disparitions forcées de masse et les exécutions extrajudiciaires de 1988 constituent des crimes contre l'humanité au regard du droit international.

Par ailleurs, les autorités n'ont jamais expliqué comment des milliers de prisonniers détenus dans les prisons de haute sécurité de l'Iran ont pu communiquer avec des membres de l'OMPI à l'extérieur du pays ou participer à l'incursion armée. Les témoignages de survivants à la prison et les fuites de documents officiels confirment tous que les prisonniers interrogés entre juillet et septembre 1988 n'ont pas été interrogés sur des accusations de collusion secrète avec l'OMPI.

En outre, les exécutions massives ne visaient pas seulement les prisonniers ayant des liens avec l'OMPI ; des centaines de personnes affiliées à des groupes d'opposition de gauche et kurdes étaient parmi les victimes.

massacre en Iran

Mépris du droit international et des normes internationales

Dans ses commentaires, Mostafa Pourmohammadi a comparé, sans aucune logique, les exécutions extrajudiciaires massives de 1988 aux morts survenues sur le champ de bataille et a demandé avec désinvolture : « Devons-nous vraiment parler de débats juridiques et de protections civiles et humanitaires lorsque nous sommes en pleine guerre ? »

Ces propos sont emblématiques du mépris des autorités iraniennes pour le droit et les normes internationales et confirment par inadvertance l'horrible vérité, établie de longue date par les survivants et les défenseurs des droits humains, selon laquelle les procédures ayant conduit aux exécutions extrajudiciaires massives de 1988 étaient extrêmement arbitraires par nature et ne présentaient aucune des caractéristiques d'une procédure judiciaire, comme le droit international le prescrit. Les exécutions ont fait suite à des interrogatoires devant des commissions que les survivants appellent « commissions de la mort » ; il s'agissait de fonctionnaires du ministère public, de la justice et du renseignement, qui avaient pour but de découvrir les opinions politiques des prisonniers et d'ordonner l'exécution de ceux qui ne voulaient pas « se repentir ».

Menaces contre ceux qui cherchent la vérité et la justice

Dans son interview, Mostafa Pourmohammadi a comparé la documentation et la condamnation des exécutions extrajudiciaires massives de 1988 au soutien au « terrorisme » et à l'OMPI, et a déclaré que « le moment est venu d'engager des poursuites... et de remettre à sa place le monde criminel qui défend le terrorisme ».

Il a également souligné la nécessité de garder secrets les documents et dossiers officiels relatifs aux exécutions et a affirmé que la diffusion en 2016 de l'enregistrement audio d'une réunion officielle de haut niveau qui avait eu lieu en août 1988 et à laquelle participaient lui-même et plusieurs autres responsables chargés de superviser les exécutions extrajudiciaires à Téhéran, faisaient partie d'une « opération conjointe des États-Unis, de la CIA, du Mossad et de l'Arabie saoudite » visant à « renverser le régime de la République islamique ».

Ces déclarations exposent les survivants, les membres des familles des victimes et les défenseurs des droits humains à la recherche de la vérité et de la justice au nom des personnes qui ont disparu de force et ont été exécutées extrajudiciairement en 1988, à un risque accru de harcèlement, d'intimidation, d'arrestation et de détention arbitraires, et de poursuites pour de fausses accusations de sécurité nationale.

musé achraf9

L'impunité systématique

Dans son interview, Mostafa Pourmohammadi a décrit les appels à rendre des comptes pour les exécutions extrajudiciaires massives de 1988 comme des éléments étrangers qui « sonnent le glas de leur propagande » pour créer une « atmosphère psychologique » hostile et exploiter « l'ignorance et la stupidité de certaines personnes ».

Interrogé sur son propre rôle dans les exécutions, il a comparé sa position à celle d'un combattant obligé de tirer sur l'ennemi et a déclaré qu'il ne devait pas être interrogé ou critiqué si certains de ses tirs avaient été dirigés contre des personnes qui apparaissaient par erreur dans sa ligne de tir ou si ses grenades avaient touché par erreur un village voisin. Il a ajouté : « A cause des monafeqine [terme péjoratif utilisé par les autorités iraniennes pour désigner les membres et partisans de l'OMPI], beaucoup sont tombés martyrs. Nous avons subi de nombreuses pertes et défaites. Et maintenant vous voulez que je m’avance pour répondre, en termes légaux, pourquoi j'ai jeté une grenade au mauvais endroit ? »

Ces commentaires soulignent l'impunité systématique qui prévaut en Iran, où les hauts responsables liés aux exécutions extrajudiciaires massives sont convaincus qu'ils ne seront jamais jugés. Ils occupent des postes de pouvoir cruciaux, y compris, ironiquement, au sein des principaux organes judiciaires et gouvernementaux chargés de faire respecter l'état de droit et de garantir la vérité et la justice. Ils ont également amplement l'occasion de diffuser de la désinformation, de détourner les critiques et de renforcer l'impunité.

Cette situation rend d'autant plus urgent pour l'ONU et ses États membres de s’élever ouvertement et fermement contre l'impunité systématique entourant les exécutions extrajudiciaires massives de 1988 et la dissimulation continue du sort des victimes et de l'endroit où se trouvent leurs corps.

Si elles ne le font pas, cela ne sert qu'à encourager les autorités à persister dans leur désaveu de la vérité et à continuer de maltraiter les survivants, les membres de la famille des victimes et les autres personnes en quête de vérité et de justice. Cela a un impact dévastateur non seulement sur les survivants et les familles des victimes, mais aussi sur l'état de droit et le respect des droits humains dans le pays.

Amnesty International renouvelle donc son appel aux Nations Unies et à ses États membres pour qu'ils explorent des voies concrètes vers la vérité, la justice et la réparation. Ces voies de recours devraient garantir que soit révélée la vérité sur les exécutions extrajudiciaires massives de 1988, y compris le nombre de personnes tuées en 1988, leur identité, la date, le lieu, la cause et les circonstances de chaque disparition forcée et exécution extrajudiciaire et l'emplacement des restes, que les personnes soupçonnées de responsabilité soient traduites en justice dans des procès équitables sans condamnation à mort et que les victimes et leur famille bénéficient de réparations conformes aux normes internationales. (Amnesty International - 30 juillet 2019)

Recommandés

Derniers infos et articles