728 x 90

Iran – droits de l’Homme :

33 ans de prison et 148 coups de fouet pour la célèbre avocate Nasrin Sotoudeh

La célèbre avocate Nasrin Sotoudeh, en compagnie de son mari, Reza Khandan, et de ses deux enfants.
La célèbre avocate Nasrin Sotoudeh, en compagnie de son mari, Reza Khandan, et de ses deux enfants.

"Nasrin Sotoudeh a été condamnée à cinq ans de prison pour conspiration contre le système et à deux ans pour avoir insulté le Guide" suprême Ali Khamenei, a déclaré le juge Mohammad Moghiseh, à la tête de la cour révolutionnaire n°28 de Téhéran, a rapporté lundi l'agence de presse semi-officielle Isna.

La cour "a tenu une audience pour ce procès à laquelle ma cliente n'était pas présente et nous avons finalement compris que la cour l'avait condamnée par contumace", a affirmé à l'agence de presse officielle Irna, Mahmoud Behzadi-Rad, l'un des avocats de Nasrin Sotoudeh. Mahmoud Behzadi-Rad n'a pas précisé la date de l'audience, ni s'il y était présent.

Mais, selon son mari, Reza Khandan, il y a d'autres peines de prison qui ont été prononcées à l'encontre de cette militante des droits de l'homme, soit au total 33 ans d'emprisonnement et 148 coups de fouet pour sept chefs d'accusation.

La déclaration du juge contredit aussi les informations communiquées à Nasrin Sotoudeh par le bureau chargé de l'application des peines dans la prison d'Evin. Il est possible que le juge ait fait allusion aux seules peines prononcées contre elle pour deux de ses sept chefs d’accusation.

Dans un communiqué diffusé ce lundi, Amnesty International qualifie la condamnation de cette " éminente avocate iranienne des droits humains et défenseure des droits des femmes […] à 33 ans de prison et 148 coups de fouet " d’" injustice scandaleuse " et demande qu’elle soit " libérée immédiatement ".

" Nasrin Sotoudeh, écrit Amnesty, a consacré sa vie à la défense des droits des femmes et à la dénonciation de la peine de mort. Il est scandaleux que les autorités iraniennes la punissent pour son travail en faveur des droits humains. Sa condamnation renforce la réputation de l’Iran en tant qu’oppresseur cruel des droits de la femme ".

Amnesty International rappelle que le juge Mohammad Moghiseh a appliqué la peine maximale prévue par la loi à chacun de ses sept chefs d’accusation. L’article 134 du code pénal iranien autorisant les juges à utiliser leur pouvoir discrétionnaire pour infliger une peine plus élevée que celle prévue par la loi lorsque le défendeur fait l’objet de plus de trois chefs d’accusation, le juge lui a infligé quatre années supplémentaires à sa peine totale de prison, la faisant passer du maximum statutaire de 29 à 33 ans.

Âgée de 55 ans, Nasrin Sotoudeh a été arrêtée en juin 2018. Elle a défendu des journalistes, des activistes et des opposants arrêtés lors des grandes manifestations de 2009 contre la réélection contestée de l'ex-président ultraconservateur Mahmoud Ahmadinejad.

Nasrin Sotoudeh avait elle-même passé trois ans en prison entre 2010 et 2013 pour action " contre la sécurité nationale " et " propagande contre le régime ".

En 2012, elle a reçu le prix Sakharov pour la liberté de l'esprit par le Parlement européen. Avant son arrestation en juin 2018, elle a pris la défense de plusieurs femmes arrêtées pour avoir enlevé leur voile en public afin de protester contre le port obligatoire du voile depuis la révolution islamique de 1979.

"L'affaire a été transmise à la cour d'appel", a indiqué le juge Mohammad Moghiseh à Isna.

(Avec AFP et RFI)

Recommandés

Derniers infos et articles