728 x 90

É-U – Iran :

Il n'y aura plus de dérogations pour l'importation du pétrole iranien

Aucune période de grâce ne sera accordée aux pays qui bénéficiaient jusqu’à présent des exportations iraniennes, a prévenu le secrétaire d’État Mike Pompeo lors d'une conférence de presse le lundi 22 avril 2019 au département d'État à Washington. (Photo AP / Sait Serkan Gurbuz)
Aucune période de grâce ne sera accordée aux pays qui bénéficiaient jusqu’à présent des exportations iraniennes, a prévenu le secrétaire d’État Mike Pompeo lors d'une conférence de presse le lundi 22 avril 2019 au département d'État à Washington. (Photo AP / Sait Serkan Gurbuz)

Les exemptions qui permettent à huit pays d’acheter du pétrole iranien malgré l’embargo imposé par Washington depuis novembre vont être supprimées, a annoncé lundi la Maison-Blanche.

À partir du mois de mai, la Chine, l’Inde, la Turquie, le Japon, la Corée du Sud, Taïwan, l’Italie et la Grèce seront exposés à des sanctions américaines s’ils continuent d’acheter du brut iranien.

Donald Trump cible ainsi la réduction à zéro des exportations du pétrole iranien pour priver le régime iranien de sa principale source de revenus. "Aucune période de grâce" ne sera accordée aux pays qui bénéficiaient jusqu’à présent des exportations iraniennes, a prévenu le secrétaire d’État Mike Pompeo.

Washington a rétabli en novembre de dures sanctions économiques contre Téhéran ainsi que contre tous les pays qui ne les respectent pas, après son retrait de l’accord international de 2015 sur le nucléaire iranien. L’interdiction de vente de pétrole était la principale mesure. Les États-Unis avaient toutefois à l’époque attribué ces dérogations pour six mois, jugeant que le marché mondial ne pouvait supporter une trop brusque annulation des ventes de brut iraniennes.

La campagne de "pression maximale" contre l’Iran, qui est ainsi renforcée, vise selon Washington à mettre fin aux "activités déstabilisatrices" de Téhéran au Moyen-Orient.

Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a annoncé que cette décision entrera en vigueur le 2 mai, ce qui étoufferait un revenu iranien de plus de 50 milliards de dollars par an.

"L'objectif reste simplement de priver le régime hors-la-loi des fonds qu'il a utilisés pour déstabiliser le Moyen-Orient pendant des décennies et inciter l'Iran à se comporter comme un pays normal", a déclaré Pompeo à la presse au département d'État.

Recommandés

Derniers infos et articles