728 x 90

Bruxelles : Séminaire sur le terrorisme iranien :

Choisir entre l’apaisement et la lutte contre le terrorisme

Les personnalités participant au séminaire de Bruxelles ont souligné qu’on ne peut plus continuer la politique d’apaisement avec un régime qui multiplie les complots terroristes en Occident
Les personnalités participant au séminaire de Bruxelles ont souligné qu’on ne peut plus continuer la politique d’apaisement avec un régime qui multiplie les complots terroristes en Occident

Mercredi 4 octobre 2018, un séminaire a été organisé à Bruxelles sur le thème " Une nouvelle vague de terrorisme du régime iranien – réaction de l’Europe et des États-Unis ".

 

Des hommes politiques célèbres, tels que l’Espagnol Alejo Vidal-Quadras (ancien vice-président du Parlement européen), Giulio Terzi (ancien MAE de l’Italie), Lord Carlile (de la Chambre des Lords du Royaume-Uni), l’ancien sénateur américain Robert Torricelli, Mohammad Mohadessin (le Président de la Commission des affaires étrangères du Conseil national de la résistance iranienne), le juriste de renom prof. Éric David, un ancien de la DGSE Claude Moniquet, l’avocat belge Georges Henri Beauthier sont intervenus lors de ce séminaire.

 

" Un conflit d'intérêts "

Giulio Terzi a rappelé que la tentative d’attentat à la bombe de Villepinte projetait une tuerie avec des milliers de victimes. L’ancien chef de la diplomatie Italienne a également abordé la question des associations et groupes culturels liés directement à l’Iran, comme le Centre Zahra, récemment ciblé par la police française, qui font la promotion du terrorisme.

" Il existe de nombreuses organisations similaires au Centre Zahra en Allemagne, en Italie, ... qui sont extrêmement actives dans le processus de radicalisation de la culture chiite", a notamment révélé M. Terzi.

L’ancien N°1 de la diplomatie italienne a également fustigé Frederica Mogherini pour son silence monumental face à la tentative d’attentat de Villepinte.

" Il y a un conflit d'intérêts entre la nécessité de lutter contre le terrorisme et la politique à l'égard de l'Iran", a dit Terzi qui a martelé les espérances des dirigeants européens pour chercher des réformistes dans le régime iranien, avant d’appeler à une politique de fermeté à l’égard du terrorisme iranien, " très menaçant pour l’Europe".

Lord Carlile a dénoncé pour sa part les machinations du régime iranien pour saper les activités du mouvement de Maryam Radjavi, " que ce soit par des campagnes de désinformation ou sous prétexte de journalistes".

" Le moment est venu pour l'UE de s'exprimer et de s'attaquer au terrorisme et aux cyber-attaques du régime en Europe", a dit le Britannique.

Lord Carlile a également réprimandé Frederica Mogherini pour ne pas s’être exprimé sur d’attentat des services iraniens contre le rassemblement des opposants iraniens à Paris.

 

" Le silence invite à d'autres attaques "

L’ancien sénateur américain robert Torricelli a remercié les services français, belge et allemand pour leur efficacité dans la mise échec de la tentative d’attentat à la bombe contre les opposants iraniens à Paris.

Torricelli a parlé de trois tentatives d’opération terroriste des services iraniens en Europe et aux États-Unis lors des trois derniers mois, révélant un projet d’attentat à la bombe contre un restaurant fréquenté par les Moudjahidine du peuple à Tirana, en Albanie.

" La politique de lutte contre le terrorisme d'État est actuellement mise à l'épreuve par le régime de Téhéran", a affirmé l’ancien sénateur américain qui ajoute que " le silence invite à d'autres attaques ".

Mohammad Mohadessin (le 1er diplomate de la Résistance iranienne) a révélé que la Direction des mouvements étrangers du ministère de Renseignement de l’Iran dirigé par Reza Amiri Moghadam conduit les attentats terroristes en dehors de l’Iran, après avoir reçu l’aval du Guide suprême du pouvoir de Téhéran, Ali Khamenei. Moghadam qui est un adjoint du ministre des Renseignements, entretient également des liens étroits avec Javad Zarif, le MAE des mollahs, a encore affirmé M. Mohadessin.

Il a expliqué que le terrorisme est un instrument de diplomatie pour la dictature religieuse iranienne, avant d’appeler à l’expulsion des agents des services iraniens des pays européens, ainsi que le gel de leurs comptes en banque.

 

" L’apaisement ne fonctionne pas "

Le Professeur Éric David a affirmé que le gouvernement iranien pourrait être qualifié de gouvernement terroriste par une instance judiciaire, ce qui serait une première en matière de justice et une victoire pour l’État de droit.

Claude Moniquet a dressé une longue liste des opérations terroristes perpétrées par le régime iranien des années 80 jusqu’à nos jours.

" Le terrorisme n'est pas un accident dans l'histoire de l'Iran, c'est une méthode. Le terrorisme est l'un des outils de la politique étrangère iranienne ", a dit l’ancien de la DGSE qui a rejeté la politique d’apaisement à l’égard du régime iranien.

"L'UE doit adopter une position ferme. Federica Mogherini doit rompre le silence et condamner ces activités terroristes", a dit à son tour Alejo Vidal-Quadras

" L'apaisement ne fonctionne pas avec la théocratie totalitaire iranienne.  Nous devons tirer les leçons de l'histoire.  Il y a des ennemis qui peuvent être transformés en amis et ceux qui doivent être vaincus", a affirmé l’ancien vice-président du Parlement européen.

 

 

 

 

  

Recommandés

Deniers infos et articles