728 x 90

Après les prétentions de Zarif :

Le CICR nie avoir évoqué des sanctions américaines qui entraveraient l'aide à l'Iran

L’Iran prétend que les sanctions américaines entravaient les secours aux sinistrés des inondations. Le CICR dément. La population accuse le pouvoir en place.
L’Iran prétend que les sanctions américaines entravaient les secours aux sinistrés des inondations. Le CICR dément. La population accuse le pouvoir en place.

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a démenti les propos attribués à son président par le ministre iranien des Affaires étrangères, Javad Zarif, au sujet des sanctions imposées par les États-Unis qui entraverait les opérations de secours.

Dans une interview accordée à Radio Farda, une radio en langue persane basée à Pragues, Ignatius Ivlev-Yorke, le responsable des relations publiques du CICR, a déclaré que le président de l'organisation, Peter Maurer, n'avait jamais mentionné de pays spécifique lors de son intervention à l'ONU le 1er avril.

Le 2 avril, Zarif avait affirmé dans un tweet que M. Maurer avait déclaré au Conseil de sécurité des Nations unies que les sanctions américaines empêchent le Croissant-Rouge iranien de fournir une assistance efficace aux victimes des inondations qui durent depuis deux semaines et qui ont entraîné des destructions sans précédent dans de nombreuses régions e l’Iran.

Ivlev-Yorke a déclaré que le CICR était préoccupé par les sanctions affectant l'assistance en général, mais Maurer n'a pas mentionné de pays spécifique ni de cas particulier aux Nations Unies.

Il a également ajouté que les représentants du CICR en Iran suivaient de près l'évolution de la situation en coopération avec le Croissant-Rouge, qui "a déjà mobilisé son personnel et ses volontaires" pour aider les zones touchées par les inondations. Le CICR est prêt à explorer toutes les possibilités avec ses homologues iraniens "si nécessaire", a déclaré Ivlev-Yorke.

Il a répondu à une question sur la limitation éventuelle de l’aide à l’Iran à cause des sanctions, en affirmant: " De notre point de vue, nous ne limitons pas, à ce stade, notre assistance à la Société iranienne du Croissant-Rouge. "

Le laxisme du pouvoir iranien dans l’acheminement des secours et dans la demande des aides internationales a provoqué la colère des millions d’Iraniens sinistrés. Même les autorités du pouvoir avouent que les secours sont quasi inexistants. "Il n’y a aucune gestion sur place", a reconnu le commandant en chef des forces terrestres du Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI) lors d’une visite à la ville sinistrée de Pol-e Dokhtar, dans l’ouest de l’Iran.

La colère de la population est si forte qu’"aucun officiel du gouvernement n’ose se rendre sur les lieux", a avoué le général Mohammad Pakpour.

C’est dans ces circonstances que le régime iranien tente d’abuser de la situation pour tirer des profits politiques sur la scène internationale.

Recommandés

Derniers infos et articles