728 x 90

Dans une lettre à Khamenei :

Cinq organisations syndicales françaises demandent la libération des syndicalistes iraniens emprisonnés

Les organisations syndicales françaises CFDT, CGT, FSU, Solidaires et UNSA, appellent à la libération de l’enseignant Mohammad Habibi (photo), ainsi que de tous les autres syndicalistes iraniens emprisonnés qui ont pour seul et légitime objectif la défense des droits des salariés
Les organisations syndicales françaises CFDT, CGT, FSU, Solidaires et UNSA, appellent à la libération de l’enseignant Mohammad Habibi (photo), ainsi que de tous les autres syndicalistes iraniens emprisonnés qui ont pour seul et légitime objectif la défense des droits des salariés

Vendredi 14 septembre, les organisations syndicales françaises CFDT, CGT, FSU, Solidaires et UNSA, ont écrit une lettre au Guide suprême de la République islamique, Ali Khamenei, pour demander la libération immédiate de Mohammad Habibi, enseignant et syndicaliste emprisonné en Iran.

Le 4 août 2018, Mohammad Habibi a été condamné à dix ans et demi de prison. Le tribunal l'a également condamné à deux ans d’interdiction de toute activité sociale et politique et 74 coups de fouet.

 

Membre de l’Association professionnelle des enseignants de Téhéran, Mohammad Habibi est l’un des nombreux militants syndicaux indépendants harcelés par les autorités publiques iraniennes pour avoir poursuivi leurs activités légitimes. Il a été arrêté en mai lors d’une manifestation pacifique, et est depuis détenu dans des conditions extrêmement difficiles. Les membres de sa famille qui lui ont rendu visite en prison ont déclaré qu’il avait été sévèrement maltraité. Les autorités continuent de lui refuser le soutien médical urgent dont il a besoin. Sans soins appropriés, son état de santé risque de se détériorer très rapidement.

" Nous tenons à vous rappeler qu’en tant que Guide suprême de la République islamique d’Iran vous êtes responsable de la santé et de la vie de M. Habibi ", précisent les syndicats français dans leur lettre commune.

" Les nouvelles montrent la dure réalité du monde du travail en Iran. La République islamique d’Iran ne respecte pas ses engagements pris dans le cadre des conventions internationales de l’OIT, qui reconnaît le droit des travailleurs iraniens à établir leurs organisations indépendantes ", ajoute la même lettre, avant d’exiger la libération immédiate de Mohammad Habibi.

La lettre en question exige également " la libération immédiate et sans conditions de tous/toutes les militant(e)s emprisonné(e)s, dont les syndicalistes Esmail Abdi et Mahmoud Beheshti, qui ont pour seul et légitime objectif la défense des droits des salarié(e)s".

 

Recommandés

Deniers infos et articles