728 x 90

Iran – droits de l’Homme:

Le Conseil des droits de l’Homme renouvelle le mandat du rapporteur spécial pour l’Iran

Le Conseil des droits de l’Homme de l’Onu a adopté par 22 voix la résolution qui renouvelle pour un an le mandat du rapporteur spécial pour l’Iran.
Le Conseil des droits de l’Homme de l’Onu a adopté par 22 voix la résolution qui renouvelle pour un an le mandat du rapporteur spécial pour l’Iran.

Le Conseil des droits de l’Homme de l’Onu a renouvelé vendredi le mandat du rapporteur spécial pour l’Iran pour une durée d’un an.

"Le conseil décide de renouveler le mandat du rapporteur spécial pour une période d’un an et demande au rapporteur spécial de présenter un rapport sur sa mission au conseil des droits de l’Homme et à l’Assemblée générale ", indique la résolution adoptée à ce propos par le conseil à Genève.

Dans un projet de résolution présenté au conseil, trente-huit pays avaient appelé à reporter pour un an de la mission du rapporteur spécial pour les droits de l’Homme en Iran.

L’Albanie, l’Australie, l’Autriche, la Belgique, la Bulgarie, le Canada, le Chypre, la Croatie, le Danemark, l’Espagne, le Finlande, la France, l’Irlande, l’Irlande du Nord, l’Israël, l’Italie, la Lettonie, le Liechtenstein, la Lituanie, la Lituanie, le Luxembourg, Malte, Monaco, le Monténégro, les Pays-Bas, la république de Macédoine du Nord, le Norvège, la Pologne, le Portugal, la Moldavie, la République tchèque, la Roumanie, le Royaume-Uni, la Slovaquie, la Slovénie et la Suède ont présenté ce projet de résolution au Conseil des droits de l’Homme à Genève.

La résolution a été adopté par 22 voix contre 7 et 18 adoptions.

Le texte de cette résolution s’inquiète sérieusement des évolutions en matière des droits de l’Homme en Iran et appelle à reporter pour un an la mission du rapporteur spécial, compte tenu du fait que le rapporteur n’a pas eu accès au voyage en Iran.

Le 11 mars dernier, lors d’un discours devant le conseil à Genève, Javaid Rehman, le rapporteur spécial de l’Onu pour les droits de l’Homme en Iran, avait fait référence aux nombreuses protestations, manifestations et grèves, par lesquelles les Iraniens exprimaient leur mécontentements face aux nombreux défis auxquels ils sont confrontés en ce moment.

"Les préoccupations en matière des droits de l’Homme sont en train de s’accroître, notamment en ce qui concerne la liberté du rassemblement et des manifestations pacifiques", avait dit le juriste anglo-pakistanais qui s’était également inquiétés des exécutions des mineurs en Iran.

Recommandés

Derniers infos et articles