728 x 90

16 janvier 1988

La découverte des fosses communes révèle l’ampleur du carnage des prisonniers politiques

Un véritable génocide

Des centaines de corps découverts dans des fosses communes à travers le pays, révèlent un véritable génocide qui a visé tous les opposants de la dictature religieuse de Téhéran
Des centaines de corps découverts dans des fosses communes à travers le pays, révèlent un véritable génocide qui a visé tous les opposants de la dictature religieuse de Téhéran

Le 16 janvier 1988, le principal mouvement d’opposition iranien, les Moudjahidine du peuple, publie un communiqué révélant la découverte des fosses communes dans plusieurs points du pays, dans lesquelles ont été enfouis les dépouilles des prisonniers politiques victimes du carnage de l’été de la même année.

Courroucé par un mouvement d’opposition grandissant et par les succès répétés des résistants iraniens, Rouhollah Khomeiny, le Guide suprême de la théocratie en place décida au mois de juillet de cette année, d’en finir une fois pour toute avec l’idée même d’une opposition dans le pays. Il s’en suivra un véritable carnage parmi les prisonniers politiques, dans lequel 30.000 opposants perdront la vie en moins de quelques semaines.

Au mois de janvier 1988, la population découvre des centaines de cadavres enfouis dans des fosses communes dans divers points du pays. Rien que dans un seul cas, plusieurs camions bourrés de cadavres avaient emmené les corps jusqu’à une fosse commune à proximité de la route séparant les deux villes de Sowme'eh Sara et Kasma, dans la province du Guilan, dans le nord du pays, avaient indiqué des témoins oculaires.

Une grande fosse commune a aussi été découverte sur la route de Khavaran, dans la banlieue sud de Téhéran, proche du cimetière de la communauté arménienne.

À Téhéran toujours, de nombreux cadavres ont été découverts par les familles des victimes dans un grand canal creusé dans le cimetière de Behesht-e Zahra.

À Ispahan enfin, trois fosses communes ont été découvertes par la population, renfermant respectivement 41, 60 et 100 corps des prisonniers d’opinion.

Les indices révèlent un véritable génocide qui n’a épargné aucun opposant.

Recommandés

Derniers infos et articles