728 x 90

5 mars 1967

Décès de Mohammad Mossadegh

Le feu leader du mouvement nationaliste des années 50

Mohammad Mossadegh
Mohammad Mossadegh

Le 5 mars 1967, Mohammad Mossadegh, le feu leader du mouvement nationaliste des années 50, est mort à l’Hôpital Najmia de Téhéran. Son corps sera inhumé dans son village natal à Ahmedabad, dans l’ouest de la capitale iranienne.

Né en 1882, Mossadegh finira ses études secondaires à Téhéran, avant de se rendra en France en 1909 pour continuer ses études.

Issu de l’École des sciences politiques de Paris, il se rendra à Neufchâtel, en Suisse, où il obtiendra le doctorat en droit en 1914.

De retour en Iran, Mossadegh est élu à trois reprises à l’Assemblée nationale iranienne, le Majlis. Depuis son siège à l’Assemblée, il mènera une opposition farouche à la politique de dépendance et de despotisme menée par le monarque Reza Pahlavi, puis par son fils Mohammad Reza, ce qui lui bâtira une grande popularité en Iran.

Le 20 mars 1951, c’est lui qui jouera de toute son influence pour faire adopter par le Majlis et le Sénat, un projet de loi sur la nationalisation du pétrole iranien, jusque-là sous monopole britannique. Ce sera l’apogée de sa popularité qui lui vaudra aussitôt la proposition du poste de Premier ministre.

Il acceptera ce poste dans l’idée de mener à terme son projet de nationalisation du pétrole en Iran en expropriant l’Anglo-Iranian Oil Company, dont les capitaux étaient essentiellement britanniques, du pétrole iranien.

Le succès de Mossadegh dans ce véritable combat pour la nationalisation, lui vaudra de multiples ennemis qui joueront des complots de toutes les couleurs pour le renverser. Cela ira de l’attentat contre sa vie, en passant par des plans de coup d’État qui se suivent et se ressemblent. Le leader nationaliste tiendra bon durant deux ans et quatre mois, avec le seul appui de la rue et de quelques proches.

C’est enfin un coup d’État de la Cour impériale soutenu fortement depuis l’extérieur et mise en marche par l’Armée appuyée par les réseaux du clergé, qui renversera le 19 août 1953 le populaire Premier ministre iranien.

Mossadegh sera traduit devant une cour martiale qui le condamnera à trois ans de prison et à un long exil à Ahmedabad, où il mourut après 14 ans de solitude et d’isolement complet.

Recommandés

Derniers infos et articles