728 x 90

Réunion sur l’Iran à Strasbourg :

Des eurodéputés appellent l’UE à une action concrète

Le groupe des "Amis d’un l'Iran libre" au Parlement européen s’est réuni mercredi au siège de l'organe législatif à Strasbourg
Le groupe des "Amis d’un l'Iran libre" au Parlement européen s’est réuni mercredi au siège de l'organe législatif à Strasbourg

Le groupe des "Amis d’un l'Iran libre" au Parlement européen s’est réuni mercredi au siège de l'organe législatif à Strasbourg, pour discuter de la situation des droits de l'homme en Iran, des manifestations en cours en Iran et du rôle du régime iranien dans le terrorisme international.

Alejo Vidal Quadras, ancien vice-président du Parlement européen, et Mohammad Mohaddessin, président de la commission des affaires étrangères du Conseil national de la résistance iranienne (CNRI), étaient également présents à cette réunion.

Mohaddessin a affirmé qu'au cours de ces derniers mois, la situation des droits de l’homme s’est empiré en Iran.

Le régime iranien a également intensifié ses activités de terrorisme à l’étranger, a indiqué le chef de la diplomatie de la Résistance iranienne.

" Ces dernières décennies ont prouvé que le recours à la violence domestique et étrangère constitue la pierre angulaire du régime iranien “, a rappelé Mohaddessin.

Plusieurs eurodéputés ont rappelé lors de ce rassemblement que la répression et le nombre des exécutions se sont accrus sous la présidence de Hassan Rouhani, que de nombreux hommes politiques occidentaux considèrent comme un "modéré".

Les députés ont également souligné qu'au cours des neuf derniers mois, le peuple iranien a clairement fait savoir par ses protestations nationales que seul un changement de régime permettrait de résoudre les fléaux que connaît le pays.

" Dans ces circonstances, l'expansion des relations économiques et l'investissement dans la théocratie iranienne au pouvoir doivent être remis en question", ont déclaré les députés dans un communiqué de presse. Le communiqué ajoute que les premiers bénéficiaires de tout accord commercial avec le régime iranien sont les Gardiens de la révolution, le groupe militaire qui relève du chef suprême du pouvoir, et qui est responsable de la répression des manifestants et des actes terroristes à l'étranger.

Les participants à la réunion ont également souligné le rôle de l'Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI/MEK) dans l'organisation et la poursuite des manifestations en cours en Iran, un fait qui a également été reconnu par les autorités du régime iranien.

"Cela montre clairement la forte présence et l'influence du mouvement d'opposition dans le soulèvement actuel et c’est révélateur du rôle important de ce mouvement en tant qu'alternative politique dans l'établissement de la démocratie et des droits humains en Iran".

Le communiqué de presse des eurodéputés annonce également le soutien de ses signataires à la plateforme en 10 points proposée par Maryam Radjavi, présidente du CNRI, qui appelle à une démocratie parlementaire laïque, au respect des droits des femmes et des minorités ethniques et religieuses, et à l’abolition de la peine de mort.

Les députés qui sont intervenus ont également exprimé leurs préoccupations vis-à-vis d’une flambée des activités terroristes du régime iranien contre l'opposition iranienne, en particulier une tentative d’attentat à la bombe déjouée qui ciblait le rassemblement " Iran libre 2018 ", qui s'est tenu à Paris en juin et qui " aurait pu mener à une catastrophe majeure ". Des milliers d'Iraniens ainsi que des dignitaires de divers pays ont participé à ce rassemblement pour un Iran libre.

" La participation d'un diplomate iranien à ce complot terroriste est choquante. Le silence et l'inaction de l'Union européenne face à ce crime est totalement inacceptable. L'UE et ses États membres devraient mettre en place des mesures punitives efficaces pour contrecarrer les complots terroristes de Téhéran", ont averti les députés.

Les participants se sont félicités de la décision du gouvernement français de geler les avoirs des institutions du régime iranien impliquées dans la tentative terroriste et ont exhorté la Haute Représentante de l'UE, Federica Mogherini, et les États membres à conditionner les relations économiques et politiques avec Téhéran à l’arrêt des exécutions, à une amélioration concrète dans la situation des droits humains et à mettre un terme définitif au terrorisme.

 

 

Recommandés

Deniers infos et articles