728 x 90

Iran - Mashhad :

Des manifestants réclament la libération d’un dirigeant syndicaliste

L’Hôpital Ibn-e Sina de Mashhad, cerné par les forces de l’ordre, lundi, le 6 novembre 2018
L’Hôpital Ibn-e Sina de Mashhad, cerné par les forces de l’ordre, lundi, le 6 novembre 2018

Lundi matin, l’épouse et les deux enfants de M. Hachem Khastar, un dirigeant syndicaliste du corps enseignant de la ville de Mashhad, dans le nord-est de l’Iran, accompagnés de plusieurs enseignants syndicalistes, se sont rassemblés devant l’hôpital psychiatrique d’Ibn-e Sina dans lequel il est enfermé par les services secrets iraniens, pour réclamer sa libération.

Hachem Khastar avait été interpellé le 23 octobre sans mandat d’arrêt par l’Organisation des renseignements des Gardiens de la révolution (SAS) avant d’être enfermé dans l’hôpital psychiatrique d’Ibn-e Sina. Son arrestation a eu lieu au lendemain d’une grève générale des enseignants dont il avait lancé l’appel.

M. Khastar a été arrêté pour une raison inconnu par la SAS, avant d’être enfermé dans une unité de soins intensifs (USI) de l’hôpital psychiatrique, toujours pour des motifs non révélés. Il est toujours enfermé dans cet hôpital.

Aujourd’hui, avant que la famille et les enseignants qui l’accompagnaient se regroupent devant l’hôpital, les lieux ont été cernés par les forces de l’ordre qui ont procédé à l’arrestation de Mme Sediqeh Maleki (l’épouse de M. Khastar) et de ses deux fils, ainsi que de plusieurs enseignants.

Les personnes arrêtées ont été transférées à un centre de détention de la SAS, avant d’être libérées plusieurs heures plus tard. La sœur de M. Khastar et plusieurs autres enseignants avaient continué à manifester devant l’hôpital.  

Recommandés

Deniers infos et articles