728 x 90

Des manifestations récurrentes à Téhéran et dans d'autres villes iraniennes

épargnants iraniens
épargnants iraniens

Des manifestent ont eu lieu cette semaine à Téhéran, Mashhad, Zanjan et Kachan.

Les épargnants iraniens qui ont perdu leurs économies au profit de l'établissement de crédit Caspian, affiliée aux Gardiens de la révolution (pasdaran), se sont rassemblés devant la banque centrale iranienne à Téhéran pour demander que les responsables de leurs économies volées soient traduits en justice. Depuis plus d’un an, les créanciers appelés les « dépositaires perdants » qui ont perdu leurs épargnes au profit des établissements de crédit protestent et réclament le remboursement de leur argent.

Le terme « dépositaires perdants » en Iran est une nouvelle expression socio-économique utilisé pour désigner les Iraniens qui ont déposé leurs épargnes dans les établissements financiers agréées pour acheter une maison ou un véhicule, etc., mais l’argent ne leur a pas été restitué et a même été illégalement bloqué.

Par ailleurs, les chauffeurs de la ligne de bus de la ville de Zanjan, au nord-ouest de Téhéran, et les chauffeurs de bus à Mashhad font grève pour protester contre leur licenciement et l’incapacité du gouvernement à répondre à leurs demandes.

Aussi, les étudiants de l'université de Téhéran ont organisé une manifestation contre le renforcement de l'application des restrictions religieuses pendant le mois du ramadan. Les étudiants de l'université de Kachan ont organisé une manifestation jeudi en solidarité avec l'université de Téhéran. Ils ont protesté contre les conditions médiocres des dortoirs et les restrictions sociales et quotidiennes dont sont victimes les étudiants.

Les pêcheurs de la ville de Chabahar, dans le sud-est de l’Iran, ont organisé un rassemblement jeudi pour protester contre les navires pêche chinois qui agissent dans les côtes iraniennes. L’agence de presse semi-officielle ILNA a écrit: «Un groupe de pêcheurs de la province du Sistan et du Baloutchistan ont protesté contre l’entrée de bateaux à la traîne chinois dans les eaux fréquentées par les petits bateaux de pêche et les plus gros navires appartenant à la population locale. Les rapports indiquent que les navires à la traîne dans les eaux de Chabahar ont littéralement détruit l’industrie de la pêche locale et que les habitants réclament la confiscation de ces navires à la traîne.

Le régime iranien a lancé de nouvelles patrouilles répressives afin de renforcer la répression pendant le ramadan. La police de la « moralité » et les miliciens su Bassidj ont intensifié les patrouilles pour réprimer les femmes sous prétexte du port incorrecte du voile et pour que « les citoyens ne violent pas les interdictions de manger pendant la journée ».

Recommandés

Derniers infos et articles