728 x 90

Iran – Récession économique :

Des protestations qui se répandent

Les agriculteurs de la province d’Ispahan continuent de protester contre le non-octroi de leur droit d’accès au fleuve Zayandeh rud
Les agriculteurs de la province d’Ispahan continuent de protester contre le non-octroi de leur droit d’accès au fleuve Zayandeh rud

Les villes iraniennes sont de plus en plus le théâtre des protestations et des grèves de diverses couches de la société.

Les travailleurs de l’industrie pétrochimique Farabi à Bandar Mahshahr, dans le sud de l'Iran, ont poursuivi leur rassemblement mercredi, pour protester contre la non-satisfaction de leurs revendications pour améliorer leurs conditions de travail extrêmement mauvaise. Ces travailleurs sont maintenant en grève pour la troisième fois depuis mars dernier.

Les travailleurs d'une centrale électrique de la ville de Kachan, dans le centre de l'Iran, ont fait la grève mercredi, pour protester contre le non-paiement de leurs salaires depuis mars dernier.

Les agriculteurs des villes d'Ispahan, Lenjan et Najaf Abad, ont également organisé de vastes rassemblements pour protester contre le non-octroi du droit d’accès à l’eau du fleuve Zayandeh rud.

Les agriculteurs de la ville de Lenjan et de ses environs se sont rassemblés mercredi au centre-ville, réclamant leur droit d’accès à l’eau du fleuve.

Les agriculteurs de Najaf Abad ont poursuivi leur grève pour la quatrième journée consécutive mardi. Ils réclament aussi leur droit d’accès à l’eau de Zayandeh rud.

Les agriculteurs de la ville de Shushtar, dans le sud-ouest de l'Iran, se sont également mobilisés lundi, pour protester également contre la non-tenue des promesses des autorités de régler leurs problèmes en matière d’irrigation de leurs terres.

Toujours dans le sud-ouest, à Abadan, un groupe de travailleurs contractuels du secteur des transports de la raffinerie de pétrole d'Abadan ont tenu un rassemblement pour réclamer le paiement de plusieurs mois de salaires en retard.

Par ailleurs, des épargnants de la Caisse d’épargne Caspienne, un établissement financier associé aux Gardiens de la révolution, se sont rassemblés devant le siège de cette institution à Téhéran pour protester contre le détournement de leurs fonds. "Caspienne nous a volé, le gouvernement le soutient ", scandaient les manifestants.

De même, les dépositaires d’une autre Caisse d’épargne, Alborz Nahal Neshan, ont protesté lundi devant la Banque Keshavarzi à Téhéran, réclamant le remboursement de leurs dépôts pillés.

À Javanrud, dans la province de Kermanshah (ouest de l’Iran), des vendeurs ambulants des fruits et légumes se sont rassemblés lundi devant la Mairie, pour protester contre la hausse du prix.

Dans une autre série de protestations, depuis samedi 27 octobre 2018, les cheminots iraniens ont entamé une grève de trois jours. Les cheminots réclament des contrats à durée indéterminée (CDI), un syndicat indépendant, la sécurité de l'emploi et des mesures empêchant les licenciements incontrôlés, le droit à la protestation, des négociations, des paiements de salaire régulier à date précise, et le paiement des primes d’assurance en retard. Leurs rassemblements de protestation ont eu lieu dans différents réseaux ferroviaires à travers le pays, notamment dans les provinces de Téhéran (centre), Alborz (centre), Semnan (centre), Ispahan (centre), les trois provinces de Khorasan (nord-est), les deux provinces de l’Azerbaïdjan (nord-ouest), Zanjan (nord-ouest), Lorestan (ouest), Khouzistan (sud-ouest) et Sistan-et-Baloutchistan (sud-est).

Pendant ce temps, l'inflation monte en flèche, les produits de première nécessité deviennent de plus en plus chers et les travailleurs ont de plus en plus de mal de toucher leurs salaires.

 

Recommandés

Deniers infos et articles