728 x 90

Bobards made in Téhéran :

La DGSI et les Moudjahidine du peuple

Dernier mensonge de l’appareil de propagande de Téhéran : La DGSI aurait invité des Moudjahidine du peuple pour leur demander des conseils en vue de réprimer le mouvement des Gilets jaunes (sic).
Dernier mensonge de l’appareil de propagande de Téhéran : La DGSI aurait invité des Moudjahidine du peuple pour leur demander des conseils en vue de réprimer le mouvement des Gilets jaunes (sic).

" Plus le mensonge est gros, plus il passe ". Quand Joseph Goebbels, l’un des dirigeants les plus puissants et influents du régime nazi formulait cette recette, il ne devinait sans doute pas que plus de soixante-dix ans plus tard, ce seront les barbus enturbannés de Téhéran qui deviendront ses adeptes les plus acharnés.

Si l’appareil de propagande des ayatollahs est connu pour ses prétentions les plus apocryphes, il faut reconnaître tout-de-même qu’il trouve toujours le comble pour surprendre ses interlocuteurs.

Dernière série en date : des nouvelles " exclusives " sur la coopération de la DGSI et des Moudjahidine du peuple iranien, les opposants les plus farouches à la dictature de Téhéran.

Dans son numéro du 22 décembre 2018, le journal Kayhan qui relaie les positions du Guide suprême de la République islamique, Ali Khamenei, prétend que la DGSI a invité des membres du comité central de l’Organisation des Moudjahidine du peuple (OMPI ou en persan, MeK) pour leur demander des conseils en vue de réprimer le mouvement des Gilets jaunes.

" Selon une nouvelle qui a filtré du comité central de l’OMPI à Paris et qui est parvenue à Kayhan, mardi 11 décembre, trois membres du comité central de l’OMPI ont été invités à la DGSI pour transférer leurs expériences sur la répression de la révolte des chiites en Irak, en 1991 ", écrit le quotidien proche de Khamenei.

" Ce rapport ne révèle pas la raison de cette invitation ni du besoin du service de sécurité intérieure français aux expériences de la répression de la révolte des chiites, mais des nouvelles reçues prévoient un désastre que prépare le gouvernement français pour contrecarrer le mouvement des Gilets jaunes ", ajoute Kayhan.

Pour compléter la salade, le quotidien de Khamenei cite un journal anglais, le Daily Mail qui aurait prétendu dans un article paru le 19 décembre dans son site Web que " la police française aurait l’intention d’utiliser des armes chimiques comme une solution finale et influente pour contrecarrer le mouvement des Gilets jaunes. "

Kayhan précise que le Daily Mail aurait cité " de hauts officiers de la police française " indiquant que " ces armes permettent en moins de dix secondes de couvrir de gaz une superficie équivalente à six terrains de football !

Pour finir, Kayhan appelle à introduire la France " dans la liste des parrains des groupes terroristes et des criminels de guerre ".

Une semaine avant cet article de Kayhan, un autre site Web proche du Guide suprême de la République islamique, Siasatrooz, avait prétendu que la France a employé les Moudjahidine du peuple " pour interpeller et passer au tabac les contestataires" (sic).

" Au moins un millier d’individus ont été passés au tabac et incarcérés par ces [Moudjahidine du peuple] dont la France a donné refuge dans l’espoir de se servir d’eux le jour venu", prétend l’article de Siasatrooz intitulé " Macron copie sur Saddam".

Bien que dénués de toute valeur journalistique, ces deux articles sont des modèles éducatifs sur les méthodes utilisées régulièrement par l’appareil de propagande des ayatollahs au pouvoir en Iran : un Moulinex de séries en labyrinthe de diffamations et de mensonges pour tenter d’amadouer le lecteur à ses thèses sulfureuses.

La méthode consiste à aligner toute une série d’allégations si horribles que le lecteur se dise que même si tout le scénario n’est pas vari, ne fut-ce qu’une particule du tout est inadmissible. En fait tous les composants du scénario ne sont que pures mensonges d’un bout à l’autre du scénario, à commencer par le fait que les Moudjahidine du peuple n’ont jamais eu rien à faire ni dans les révoltes de 1991 des chiites irakiens (ils ne se trouvaient d’ailleurs pas dans les régions chiites de l’Irak dans cette année-là), ni dans les évènements récents en France.

Recommandés

Derniers infos et articles