728 x 90

Grève des routiers en Iran:

La Fédération internationale des travailleurs des transports condamne les menaces de mort

"La peine de mort pour grève est la plus grave des violations des droits des travailleurs, c'est inhumain et impensable", a déclaré le secrétaire général de la Fédération internationale des travailleurs des transports, Stephen Cotton
"La peine de mort pour grève est la plus grave des violations des droits des travailleurs, c'est inhumain et impensable", a déclaré le secrétaire général de la Fédération internationale des travailleurs des transports, Stephen Cotton

La Fédération internationale des travailleurs des transports (FIT) a condamné avec la plus grande fermeté l'appel lancé par un tribunal iranien en faveur de l'application de la peine de mort contre 17 militants impliqués dans une grève générale des routiers.

"La peine de mort pour grève est la plus grave des violations des droits des travailleurs, c'est inhumain et impensable", a déclaré le secrétaire général de la FIT, Stephen Cotton. "D'après ce que nous comprenons, les camionneurs iraniens ont agi en dernier recours dans la lutte pour nourrir leurs familles. La menace de la peine de mort est tout à fait disproportionnée. "

"Les affiliés de la FIT dans le monde entier exhortent le gouvernement iranien à écouter les demandes de leurs camionneurs. Ce sont des solutions économiques qui s'imposent, pas des menaces d'exécution", a-t-il ajouté.

M. Cotton s'est adressé à l'Organisation internationale du travail (OIT), dont l'Iran est membre fondateur et membre de l'organe directeur, et a demandé à l'agence des Nations unies d'intervenir.

La FIT s'était déjà inquiétée la semaine dernière du traitement réservé aux camionneurs auto-organisés qui ont mené des actions syndicales après l'arrestation de 150 camionneurs et les menaces de mort proférées par des autorités de l'appareil judiciaire. Depuis lors, le nombre d'arrestations signalées est passé à plus de 200 personnes.

Puis, le 8 octobre, l'agence de presse Irna, gérée par l'État, a rapporté qu'un tribunal de la province de Qazvin avait demandé des condamnations à mort possibles pour 17 de ceux qui avaient agi.

Les camionneurs iraniens ont vu leurs salaires et leur niveau de vie baisser régulièrement au cours des deux dernières décennies. Leur sécurité d'emploi a été menacée, des milliers de personnes ont vu leur salaire retardé pendant des mois et ils souffrent tous d'une inflation extrême.

Depuis le 22 septembre 2018, près d'un demi-million de chauffeurs de camions ont participé à des actions dans 290 villes de 31 provinces, dans le but de sensibiliser les autorités à leur situation.

 

Recommandés

Deniers infos et articles