728 x 90

Grande manifestation d'Iraniens à Londres

Le nouveau gouvernement britannique doit changer de politique vis-à-vis de Téhéran

Londre- pour un Iran libre
Londre- pour un Iran libre

Samedi 27 juillet 2019, 3000 iraniens vivant à Londres ont manifesté dans les rues du centre de la capitale britannique et réclamé des sanctions globales contre le régime des mollahs et l’inscription sur la liste du terrorisme, les Gardiens de la révolution (Pasdaran), le ministère du Renseignement (Vevak) et le bureau de Khamenei (Guide suprême du régime). Ils ont soutenu la résistance iranienne et sa présidente élue, Maryam Radjavi, ainsi que son plan en 10 points pour l'avenir de l'Iran.

Ils ont souligné que, tandis que le régime des mollahs risquait d'être renversé par le peuple et la résistance, le ministère du Renseignement et la Force terroriste Qods tentent plus que jamais de diaboliser la résistance iranienne par le biais de "journalistes amis" dans divers pays, en particulier dans au Royaume-Uni dans des publications telles que The Guardian, en diffusant des Fake News. Mais investir dans ce régime défaillant est voué à l'échec.

La complaisance avec les mollahs, principale source du terrorisme et du bellicisme dans la région et dans le monde, sous prétexte d'empêcher la guerre, est aussi néfaste et dangereux que l'accord de 1938 avec Hitler.

Mme Radjavi a déclaré aux manifestants: « Votre manifestation à Londres est l'aboutissement d'une série de rassemblements de protestation en faveur de l'Iran libre qui se sont déroulés depuis Bruxelles à Washington, de Berlin à Stockholm en un mois et demi. Et c'est la suite du rassemblement annuel de la Résistance iranienne qui s'est tenu à Achraf 3, il y a deux semaines, pour cinq jours. »

londre 27 juillet 2019

Londres, 27 juillet 2019

Elle a ajouté que la paix et la liberté seront gagnées que dans la bataille contre le régime du guide suprême. Ceci est contraire aux partisans de la complaisance qui défendent le régime sous un masque de pacifisme. Le résultat de la politique de complaisance avec le régime, la répression des Moudjahidine et la cécité sur les violations des droits de l'homme, en particulier dans l'accord sur le nucléaire, peut être constaté dans la mainmise actuelle du régime des mollahs sur les navires dans le golfe Persique et les attaques belliqueuses du régime dans la région et ses opérations terroristes et d’espionnage en Europe et aux États-Unis.

Soulignant que les mollahs ne comprennent pas d’autres langages que celui de la force et de la détermination, Mme Radjavi a appelé la Grande-Bretagne et l'Europe à cesser de payer des rançons aux mollahs, à ne pas contribuer à la réduction des sanctions et à désigner les gardiens de la révolution, le ministère des renseignements et les organes de Khamenei et Rohani sur les listes du terrorisme et, au lieu de faire signe au fascisme religieux, se ranger du côté du peuple iranien pour le changement du régime ...

Elle a spécifiquement appelé le nouveau gouvernement britannique à soutenir les droits humains en Iran et à agir pour dépêcher une délégation d'enquête internationale visiter les prisons du régime et rencontrer des prisonniers politiques, en particulier les femmes.

"Le régime en place a été encerclé par une peuple exaspéré, convaincues que sa libération n'est possible que par le renversement des mollahs. Ce régime n'a plus aucune ressource pour survivre et se débat dans le tourbillon du renversement. L'ère du fascisme religieux prend fin et l’Iran sera libre ", a conclu Mme Radjavi.

 Matthew Offord

l'intervention de Matthew Offord

Des personnalités politiques telles que Matthew Offord, membre du Parlement britannique et président du comité parlementaire pour un Iran libre et démocratique, Struan Stevenson, coordinateur de la campagne pour le changement en Iran, la sénatrice Catherine Noone, chef adjoint du Sénat irlandais, Jim Higgins , ancien membre du Présidium du Parlement européen, sénateur Jerry Horgan du Sénat d'Irlande, Roger Godsif, membre du Parlement britannique, Paulo Casaca, ancien membre du Parlement européen, Brian Binley, ancien membre du Parlement britannique, Roger Lyons, ancien président de l'Union des travailleurs du Royaume-Uni, Plusieurs membres du Barreau d'Angleterre et des Pays de Galles, M. Mohammed Shaikhli, juriste et avocat du Moudjahidine du peuple d'Achraf, ainsi que Mme Dowlat Norouzi, représentante du Conseil national de la résistance iranienne (CNRI) et Hossein Abedini, ont pris la parole lors du rassemblement.

Recommandés

Derniers infos et articles