728 x 90

18e jour de grève des routiers :

La grève des routiers et le soulèvement national

" Les protestations et la grève des camionneurs se perpétuent ", indique la banderole accrochée au camion
" Les protestations et la grève des camionneurs se perpétuent ", indique la banderole accrochée au camion

Les routiers iraniens maintiennent le soulèvement national en vie

Mercredi est le 18e jour de la grève des routiers en Iran, qui ne revendiquent que des droits élémentaires desquels ils ont été privés par le pouvoir en place.

Les camionneurs protestataires, qui se comptent par dizaines de milliers, réclament une augmentation de leurs salaires, la fourniture de pièces détachées et de pneus à des prix raisonnables, des droits d'assurance, une baisse des commissions imposés par les compagnies de transport et des mesures prises par les autorités contre la corruption des agents de police.

Ces braves conducteurs se heurtent à d'énormes obstacles dans leurs efforts pour poursuivre leur mouvement de protestation. Le 27 septembre, Abbas Jafari Dowlat Abadi, procureur général du régime iranien, a menacé d'intenter une action en justice contre les camionneurs iraniens qui protestaient et a littéralement ouvert la voie à leur exécution.

Parmi les fausses allégations formulées contre les routiers iraniens par le soi-disant pouvoir judiciaire figurent le "vol sur les routes" et la "corruption sur terre", tous deux passibles de la peine de mort. Depuis le premier jour de son règne, en 1979, le régime iranien a eu recours à de telles menaces dans le but d'éliminer ses opposants.

Le régime clérical n'a ni la capacité ni la volonté de répondre aux revendications soulevées par diverses couches de la société. Les rapports indiquent que jusqu'à 280 routiers grévistes ont été arrêtés au cours des 18 derniers jours.

Ce nouveau tour de grève des camionneurs, qui a commencé le 23 septembre, se poursuit encore aujourd'hui. Selon les informations compilées dans les médias sociaux, 320 villes ont rejoint le mouvement de protestation.

Les grévistes manifestent une forte volonté de poursuivre leur grève, malgré tous les obstacles et les coûts. Ils font face à des châtiments extrêmes qui se conforment aux lois aberrantes du régime. En plus, ils sont coupés de leur seule source de revenu.  

La continuité des grèves des camionneurs iraniens prouve une fois de plus que ce régime peut être mis à genoux et renversé.

Se joignant à l'élan des camionneurs, les propriétaires des magasins et les marchands des bazars à travers le pays ont déclenché une grève le lundi 8 octobre. Une cinquantaine de villes ont assisté à ce vaste mouvement des commerçants.

Les propriétaires des magasins protestaient contre la flambée des prix et la récession économique.

Cela montre que la grève des camionneurs à l'échelle nationale a le potentiel d'entraîner d'autres branches de la société dans ce mouvement puissant et croissant.

 

 

Recommandés

Deniers infos et articles