728 x 90

Quatrième série de grève des routiers en 2018 :

La grève se répand à 55 villes de l’Iran

La grève des routiers, un mouvement emblème du mécontentement général du peuple iranien et du chaos économique dans le pays
La grève des routiers, un mouvement emblème du mécontentement général du peuple iranien et du chaos économique dans le pays

Dimanche, les routiers iraniens ont entamé leur quatrième jour de grève générale qui s’est répandue dans 55 villes de vingt-quatre des trente-et-une provinces du pays.  

Il s’agit de la quatrième série de grève des routiers depuis le début de 2018 en Iran. Dans la dernière série, les routiers avaient mené un mouvement national de grève en début octobre ; ce mouvement avait duré 21 jours, avant que les autorités fassent des promesses pour répondre à leurs revendications.

Aucune de ces promesses n’ayant été tenue, les routiers ont repris leur mouvement. Ils protestent contre les bas salaires, le non-paiement des primes d’assurance, la non attribution des primes de difficultés du travail, la flambée des prix des pièces détachées et des pneus, des taxes et des commissions qui bouffent une bonne partie de leurs revenus, les pots-de-vin reçus dans les terminaux de marchandises et par la police routière, des routes détériorées, les discriminations et des pensions de retraites dérisoires.

La Résistance iranienne appelle tous les jeunes Iraniens à soutenir les camionneurs dans leur grève nationale. Elle appelle les syndicats internationaux à condamner les mesures répressives du régime iranien et exprimer leur soutien aux manifestations des routiers.

Recommandés

Deniers infos et articles