728 x 90

Iran : un responsable des pasdaran confirme que 4 600 jeunes ont été arrêtés lors du soulèvement de janvier 2018

Le communiqué du CNRI

IRAN-Arrest_of_4600_young_people
IRAN-Arrest_of_4600_young_people

Dans une interview à la télévision d'Etat, l’idéologue des Gardiens de la révolution (pasdaran), Hassan Abbasi, a reconnu que pendant le soulèvement de 2018, quelques 4.600 jeunes ont été arrêtés par les forces répressives. Il a rejeté la possibilité d'une « révolution de velours » ou d'une « révolution de couleur » en Iran, et a déclaré : « Ce qui s'est passé en 2018, c'est que 4500-4600 de ces jeunes dans la rue ont été arrêtés. » (Télévision officielle Ofogh, 1er juin 2019)

La Résistance iranienne a déclaré dans un communiqué le 11 janvier 2018 que le nombre de personnes arrêtées lors du soulèvement national iranien s'élevait à au moins 8 000. Au moins 14 des personnes arrêtées ont été tuées sous la torture, mais le régime théocratique a annoncé sans vergogne leur suicide en prison.

Les arrestations politiques se sont poursuivies sans interruption depuis le soulèvement de 2018 jusqu'à ce jour, et beaucoup parmi les personnes arrêtées sont toujours en prison et sont condamnées à de longues peines de prison. Il y a deux semaines, un prisonnier politique du nom d’Abdollah Ghassempour a été condamné à mort pour « rassemblement et collusion contre l’Etat » et « adhésion, propagande et coopération avec l'OMPI », et trois autres ont été condamnés à cinq ans et demi de prison pour les mêmes faits.

La Résistance iranienne, soulignant que les prisonniers politiques sont soumis à la torture et aux exécutions, appelle le Secrétaire général de l'ONU, la Haut-Commissaire et le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies ainsi que les organisations internationales de défense des droits humains à prendre des mesures urgentes pour libérer les détenus et envoyer des délégations pour visiter les prisons et rencontrer les prisonniers politiques iraniens.

Recommandés

Derniers infos et articles