728 x 90

15 mars 1954

Un journaliste et poète iranien, Karimpur Chirazi, est brûlé vif en prison

Une plume militante au prix de la vie

Karimpur Chirazi, le rédacteur en chef du quotidien Churech (Rébellion) qui est un fidèle du dirigeant nationaliste, Mohammad Mossadegh
Karimpur Chirazi, le rédacteur en chef du quotidien Churech (Rébellion) qui est un fidèle du dirigeant nationaliste, Mohammad Mossadegh

Le 15 mars 1954, Karimpur Chirazi,le rédacteur en chef du quotidien Churech (Rébellion) qui est un fidèle du dirigeant nationaliste, Mohammad Mossadegh, le principal opposant du Chah, est brûlé vif en prison par les bourreaux de la monarchie des Pahlavi.

Chirazi, un journaliste et un poète populaire, a été l’une des figures de proue du mouvement nationaliste iranien, dont la plume n’a pas cessé de dénoncer les ennemies de l’indépendance et de la démocratie en Iran, notamment la Cour impériale.

L’écrivain militant n’était d’ailleurs pas sans savoir le risque qu’il courrait par ses écrits. " Je suis tout à fait déterminé à poursuivre cette lutte irréconciliable au prix de ma vie, s’il le faut. Donner ma vie dans cette voie a toujours été un idéal pour moi. Nous nous sommes engagée dans un champ de bataille très vaste à l’échelle nationale ", écrit-il dans l’un des premiers numéros de son journal.

Chirazi choisie la vie secrète après le coup d’État du 19 août 1953 qui renversa le Premier ministre Mossadegh. Il fut cependant repéré et interpellé au mois de septembre de la même année.

Commenceront ensuite une longue et interminable série de tortures en prison pour contraindre le militant à un geste d’allégeance à la Cour impériale. Le héros décevra ses bourreaux qui se défouleront sur lui pour mettre fin à sa vie de manière la plus ignoble, en le transformant en une torche vivante, alors qu’ils ricanaient en voyant la victime souffrir.

L’ordre de cet ignoble crime avait été lancé par Achraf pahlavi, la sœur jumelle du Chah d’Iran.

Recommandés

Derniers infos et articles