728 x 90

Tentant de remonter le moral de ses troupes :

Khamenei reconnaît l’absence de toute issue aux crises qui secouent son régime

Dans une intervention destinée à remonter le moral de ses troupes, Ali Khamenei a révélé sa conviction en l’absence de toute issue aux crises actuelles qui secouent son régime
Dans une intervention destinée à remonter le moral de ses troupes, Ali Khamenei a révélé sa conviction en l’absence de toute issue aux crises actuelles qui secouent son régime

À un mois de l’entrée en vigueur de la deuxième phase des sanctions américaines qui ciblent notamment les exportations pétrolières de l’Iran, Khamenei, le Guide suprême du régime clérical, a tenté jeudi de remonter le moral de ses troupes. Son intervention a cependant révélé l’impasse de son régime face aux soulèvements populaires et aux crises croissantes sur la scène internationale.

S'adressant devant les miliciens du Bassij rassemblées de tout le pays, il a reconnu les dissensions dans le haut de la hiérarchie du pouvoir, affirmant que certains responsables répètent que la seule issue qui reste au régime iranien est de se réconcilier avec les États-Unis : "Je déclare sans ambiguïté qu'ils sont en train de trahir. C'est la plus grande trahison et tant que je serai en vie, je ne laisserai pas cela se produise dans notre pays. "

Khamenei a mis en garde contre les circonstances sensibles et complexes et toutes sortes de crises qui traversent le régime. Il a admis le "manque de moyens de subsistance d'une grande partie de la population", avant de donner le feu vert pour le " feu à volonté" aux miliciens du Bassij et aux Gardiens de la révolution " partout où cela vous semble nécessaire" !

Il n’a pu cacher sas craintes face aux perspectives d’un renversement de son régime : "Le président des États-Unis a promis à certains dirigeants européens le renversement de la République islamique dans deux à trois mois."

Se référant aux nombreuses objections nationales et internationales à l'ingérence régionale de son régime et à son programme de missiles balistiques, il a souligné l’impossibilité de renoncer à ces projets nécessaires pour le maintien de son régime. "Ce sont des éléments de notre pouvoir. Donc le champ de bataille est ici, le champ de bataille, le champ de confrontation de l'arrogance avec l'Iran islamique, est la seule cause du pouvoir de l'Iran islamique... C'est l'une des zones de conflit ", a déclaré Khamenei.

Le N°1 de la dictature religieuse a reconnu également "la fatigue, la déception et le handicap" des responsables du régime et le phénomène de transfuge dans sa base. Il a tenté de remonter le moral de ses miliciens en leur proposant le slogan de "notre croissance est supérieure à nos défections".

Se référant aux divergences multiples dans le sérail, il a dit qu'il s'agit "d'intellectuels faciles et hypocrites", "découragés, démoralisés, lâches, opportunistes, autodestructeurs, déçus et flemmards ", qui, "sinon sont soit l’ennemi, soit des agents non profitables aux progrès du pays" et qui sont sources de "corruption et désaccord".

Khamenei a qualifié la presse libre, l'Internet et le réseau social d'ennemis et d'équivalents d'armes chimiques: "Avec les moyens très dangereux qu’ils détiennent, des médias tentent de dépeindre une fausse image, ils essaient de distraire les pensées du peuple iranien".

 

 

Recommandés

Deniers infos et articles