728 x 90

8 septembre 1978

L’Armée tire à bout portant sur une manifestation antimonarchiste

Le point final du règne des Pahlavi

Quelques secondes suffiront ce 8 septembre 1978, pour se trouver devant plusieurs amas de cadavres
Quelques secondes suffiront ce 8 septembre 1978, pour se trouver devant plusieurs amas de cadavres

Le 8 septembre 1978 est connu dans l’Histoire de l’Iran par le surnom de " vendredi noir ". Ce jour-là, l’Armée tire dans le tas d’une manifestation antimonarchiste, à la Place Jaleh, dans le sud de Téhéran.

Le Chah n’a pas réussi après plusieurs mois de manifestations contre son pouvoir, de réduire par des concessions, le mouvement revendiquant son départ. Il remontre donc sa véritable face en ordonnant à l’Armée de tirer sur les manifestants.

Les scènes du 8 septembre furent épouvantables. Il aura fallu quelques secondes et plusieurs rafales de fusils d’assauts, pour se trouver en face de plusieurs amas de cadavres. Les premiers rangs des manifestants furent quasi-entièrement rasés dans les premiers instants.

L’opposition intégriste, avec Khomeiny à sa tête, qui prétendait diriger le mouvement antimonarchiste, fut la première à se plier face à cette vague de terreur aveugle. Pendant quatre jours, ce fut un silence complet de la part de Khomeiny, alors en Irak, qui ne répondit même pas à la tradition iranienne de présenter ses condoléances aux familles des victimes. Ce n’est que quatre jours plus tard, quand la colère du peuple reprend le dessus et déferle encore une fois dans la rue, que le vieil ermite se souviendra qu’il ne serait pas mal de déplorer, dans un message rédigé à la hâte, la tuerie du " vendredi noir ".

Quant à la dictature monarchiste, cette tuerie sera le point final du règne des Pahlavi.

Recommandés

Deniers infos et articles