728 x 90

L’assassinat de Mgr. Mikaïlian, le chef du Conseil ecclésiastique protestant de l’Iran

Les salles méthodes des services secrets iraniens

Monseigneur Tataüs Mikaïlian, le chef du Conseil ecclésiastique protestant de l’Iran, assassiné par les tueurs des services secrets iraniens
Monseigneur Tataüs Mikaïlian, le chef du Conseil ecclésiastique protestant de l’Iran, assassiné par les tueurs des services secrets iraniens

Le 2 juillet 1994, le corps de Monseigneur Tataüs Mikaïlian, le chef du Conseil ecclésiastique protestant de l’Iran, est découvert à Téhéran, écrit la presse iranienne. Le religieux avait été kidnappé trois jours auparavant, en plein centre Téhéran, par des hommes armés dont l’appartenance aux services secrets iraniens sera établie très rapidement.

Monseigneur Mikaïlian, 62 ans, remplaçait Monseigneur Haïk Houssepian-Mehr, à la tête du Conseil ecclésiastique protestant de l’Iran. Ce dernier avait lui-même été victime, un an auparavant, des tueurs des services secrets iraniens.

La dictature religieuse iranienne a tenté dans une mise en scène des plus aberrantes, d’attribuer les assassinats des religieux protestants iraniens aux Moudjahidine du peuple, principal mouvement d’opposition au pouvoir en place.

Plus tard cependant, le 6 décembre 1999, Akbar Ganji, un ancien des services secrets iraniens reconverti en journaliste, a révélé dans une interview accordée au journal Aria, que les assassinats des membres du clergé chrétien étaient bel et bien l’œuvre de ces services.

" Cela nous débarrassait des religieux chrétiens qui s’opposaient au régime politique, tout en remettant en question les Moudjahidine ", a reconnu Ganji.

Recommandés

Derniers infos et articles