728 x 90

20 janvier 1994

L’assassinat de Monseigneur Haïk Houssepian-Mehr

" Liquider les opposants chrétiens et salir les Moudjahidine "

Monseigneur Haïk Houssepian-Mehr
Monseigneur Haïk Houssepian-Mehr

Le 20 janvier 1994, Monseigneur Haïk Houssepian-Mehr, l’Evêque de l’Eglise protestante de l’Iran, a été assassiné par les services secrets iraniens.

Chef du Conseil clérical de l’Eglise évangélique et chef de la communauté chaldéenne de l’Iran, Houssepian-Mehr avait vivement protesté en 1993 contre la peine capitale prononcée par un tribunal iranien contre un prêtre chrétien, Mehdi Dibaj, condamné pour renégat, et avait lancé une campagne internationale pour sauver la vie de ce dernier.

" Monseigneur Houssepian-Mehr avait rassemblé un lourd dossier sur les violations des droits à la liberté de la religion en Iran et avait appelé le représentant spécial de la Commission des droits de l’Homme de l’Onu de se rendre dans le pays ", a révélé le dirigeant du mouvement de la résistance iranienne, Massoud Radjavi, au lendemain de l’assassinat de l’Evêque, dans une lettre adressée au Pape Jean-Paul II.

" Sachant pertinemment le risque qu’il courait par ces activités, il a mené des efforts inlassables en vue de dénoncer la répression des chrétiens par le pouvoir en place, et a toujours rejeté les pressions du régime pour qu’il signe une déclaration écrite reconnaissant la légitimité du pouvoir ", avait précisé dans la même lettre M. Radjavi.

L’appareil de propagande de la théocratie a tenté d’attribuer ce meurtre atroce aux Moudjahidine, dans une campagne effrénée qui ne trouvera d’écho ni en Iran, ni sur la scène internationale.

Plus tard, le 6 décembre 1999, Akbar Ganji, un ancien des services secrets iraniens, a révélé dans une interview accordée au journal Aria, que les assassinats des membres du clergé chrétien, ainsi que leur attribution aux opposants (en l’occurrence les Moudjahidine) étaient bel et bien l’œuvre de ces services.

" Cela nous débarrassait des religieux chrétiens qui s’opposaient au régime politique, tout en remettant en question les Moudjahidine ", a reconnu Ganji.

 

Recommandés

Derniers infos et articles