728 x 90

L’échec du blocage du Telegram ou un régime sans avenir ?

Hassan Rouhani a été bien coincé dans la question du blocage du Telegram
Hassan Rouhani a été bien coincé dans la question du blocage du Telegram

6 mai 2018

 

 

Le blocage du Telegram, une application de messagerie populaire utilisée par plus de 40 millions de personnes à travers l'Iran, fait toujours le buzz. L’affaire a entraîné des dissensions majeures dans le sérail. Malgré tous les confusions, le Telegram a-t-il été vraiment filtré?

Les cybernautes iraniens ont largement recours à des applications anti-filtrage pour contourner tous les obstacles. La portée des restrictions que le régime peut imposer cette fois-ci est bien en dessous des circonstances du soulèvement de décembre/janvier. Le peuple iranien a d'abord été pris au dépourvu pendant cette période jusqu'à ce que les cybernautes obtiennent des applications anti-filtrage. Cela a contraint Téhéran à lever le blocage.

Le président du parlement iranien, Ali Larijani a expliqué à l'époque que 30 millions d'utilisateurs iraniens ont pu contourner tous les blocages grâce aux applications anti-filtrages. Cette fois-ci, les gens sont beaucoup mieux préparés.

Prétendant s'opposer à tout blocage du Telegram, le président iranien Hassan Rouhani est maintenant sur la défensive.

"La politique du gouvernement est basée sur la fourniture d'un cyberespace sûr... À ce jour, aucun média social ou plateforme de messagerie n'a été ou ne sera bloqué par ce gouvernement. Le blocage récent du Telegram n'a pas été mis en œuvre ou approuvé par le gouvernement", écrit le président iranien dans son Instagram.

Ses propos ont provoqué un grand remue-ménage, aussi bien dans la population que dans les autorités du pouvoir.

"Je crois que le Président devrait dire qu'il s'agit d'un ordre et d'une conclusion de l'ensemble du système... Il n'est pas correct que le Président ait apparemment une position biaisée sur cette question... M. Rouhani devrait clarifier sa position en disant la vérité : Êtes-vous pour ou contre le blocage ? ", dit entre autres, Abdullah Nosseri, proche des réformateurs.

Les médias iraniens reconnaissent également leur échec sur ce sujet.

Le quotidien Jomhouri eslami écrit : "Nous devons prendre en considération cette réalité historique que sanctionner, confisquer et bloquer le Telegram échouera, comme ça a échoué en ce qui concerne les antennes paraboliques.... Il est intéressant de noter que tous les religieux, les révolutionnaires et ceux qui se battent pour le régime utilisent des applications anti-filtrage pour avoir accès au Telegram...".

 

Hessameddin Ashena, un conseiller de Rouhani affirme: "Nous ne pourrons pas bloquer indéfiniment Telegram... Ces mesures auront des conséquences politiques à l'échelle nationale et soulèveront de graves préoccupations en matière de droits de la personne à l'échelle internationale...".

 

Bien au-delà d'un échec technologique, ce sera une défaite majeure pour l'ensemble du pouvoir en place. Même si le régime iranien est capable de bloquer complètement Telegram ou toute autre plateforme de médias sociaux, ceci ne fera pas disparaître les raisons qui mèneront à une explosion sociale en Iran.

"Il est tout à fait possible que nous soyons soudainement confrontés à une tournure imprévue des évènements. Quoi qu'il en soit, cela engloutira tout le pays. Il n'est pas important que ces prédictions se réalisent ou non. Ce qui est important, c'est de comprendre que la politiques de l'Iran va changer de manière significative", écrit le quotidien Sharq.

L'échec du régime iranien à bloquer Telegram est en train de devenir un échec total pour la politique générale de ce régime. Téhéran n'est plus en mesure d'imposer pleinement la censure et la répression, les piliers mêmes qui ont maintenu ce régime fasciste au pouvoir.

 

Recommandés

Deniers infos et articles