728 x 90

Le silence mystérieux des Gardiens de la Révolution

Le Général Mohammad Ali Jafari, commandant en chef des Gardiens de la Révolution, a observé le silence après la frappes de ses troupes et de ses bases en Syrie
Le Général Mohammad Ali Jafari, commandant en chef des Gardiens de la Révolution, a observé le silence après la frappes de ses troupes et de ses bases en Syrie

Pourquoi les Gardiens de la Révolution islamique observent-ils un silence monumental face aux frappes qui ont récemment ciblé ses troupes et ses casernes en Syrie ?

Reconnaître que des bases iraniennes ont été frappées en Syrie, sans avoir les moyens de faire des représailles, serait un signe évident de faiblesse. Il est vrai que les circonstances internationales actuelles ne sont pas les meilleures pour donner encore un signe de faiblesse de plus.

Mais si Téhéran n’a pas reconnu la véridicité de ces frappes, il ne les a pas niés non plus. Si Téhéran nie les accusations de lancement de roquettes contre le plateau du Golan, il devrait fournir des explications sur toute une série de rapports concernant ses bases ciblées en représailles en Syrie. Or, l’Iran des ayatollahs a toujours nié avoir de nombreuses bases militaires sur le sol syrien et n’a reconnu jusqu’à présent que la présence de ses conseillers militaires pour soutenir l'armée du régime Assad.

En réponse à l'attaque de l’aéroport T4 en Syrie, le régime iranien s'est contenté de dire qu'un certain nombre de ses "conseillers militaires" ont été tués lors de l'attaque et que leurs corps ont été renvoyés en Iran pour y être inhumés.

Une autre éventualité abordée par de nombreux médias conservateurs du régime iranien est que les Gardiens de la Révolution préparent une " réponse appropriée " à ces attaques, qui doit être menée " au bon moment ". Cette spéculation néglige le fait que plus cette " réponse appropriée " est repoussée dans le temps, plus cela signifiera l'incapacité des Gardiens de la Révolution de réaliser des représailles sérieuses.

Quoi qu’il en soit, ce silence prouve la gravité de la crise à laquelle le régime iranien est confronté dans un isolement régional croissant.

Recommandés

Deniers infos et articles