728 x 90

Iran - résistance :

Les dangereux claviers des Moudjahidine du peuple

Ce qui rend aussi dangereux les claviers des Moudjahidine du peuple est l’écho qu’ils donnent aux actions des unités de résistance à l’intérieur des frontières du pays.
Ce qui rend aussi dangereux les claviers des Moudjahidine du peuple est l’écho qu’ils donnent aux actions des unités de résistance à l’intérieur des frontières du pays.

Chaque vendredi en Iran, les représentants spéciaux du Guide suprême de la République islamique, Ali Khamenei, organisent des prières collectives dans toutes les villes du pays. Avant leur élocution dans cette cérémonie d’État, les religieux suivent un briefing du bureau du chef N°1 du régime qui leur dicte les positions à prendre et les principales lignes de conduites, ainsi que les préoccupations majeures du jour.

C’est de cette tribune par exemple qu’ont été lancé pour la première fois les appels à la mort contre les Moudjahidine du peuple dans les années 1980, ainsi que contre les États-Unis, l’Israël et occasionnellement contre d’autres "ennemis" que dictent les circonstances.

Vendredi 22 février, l’un des principaux sujets de préoccupation de ces représentants spéciaux de Khamenei ont exprimé depuis cette tribune, a été la percée de l’Organisation des Moudjahidine du peuple (OMPI ou en persan, MeK) dans le cyberespace.

"Les claviers et le cyberespace dont disposent les membres de l’OMPI constituent de nos jours, l’arme qui peut détruire la Révolution", s’est notamment inquiété Abbas Ali Moghisi, le représentant spécial de Khamenei à Nahavand (une ville de la province de Hamadan, dans le nord de l’Iran).

"Quand le Guide suprême précise que contrecarrer le cyberespace est une priorité, cela signifie qu’il faut qu’on garde notre vigilance", a ajouté Moghisi, avant d’exprimer sa préoccupation de l’impact des activités des Moudjahidine du peuple sur la population.

À Ispahan, Seyyed Youssef Tabatabayinejad a exprimé la même crainte depuis la tribune de la prière du vendredi. "Certains sont en train de démolir le clergé sur le cyberespace. Ce genre d’agitations observées dans certains canaux sont téléguidées par les Moudjahidine du peuple", a déploré Tabatabayinejad.

 

Les activités des Moudjahidine du peuple à l’étranger

Deuxième source de préoccupation exprimée toujours depuis les tribunes de vendredi : les activités et les manifestations des Moudjahidine du peuple à l’étranger. "Les Moudjahidine du peuple sont les principaux acteurs des réunions et des rassemblements internationaux qui ont pour but d’isoler l’Iran", s’inquiète Gholamreza Bavaghar à Meshgin Shahr, dans la province d’Ardabil (nord-ouest de l’Iran).

Pour le représentant de Khamenei dans la ville de Marand (province de l’Azerbaïdjan oriental au nord-ouest de l’Iran), l’OMPI a été l’un des principaux instigateurs du Sommet de Varsovie. "Une réunion a été organisée par les États-Unis à Varsovie en Pologne, où, avec la présence des Moudjahidine du peuple, ils cherchaient à provoquer la guerre. "

En parlant de l’OMPI, "la guerre" sous-entend les activités que mènent les Moudjahidine du peuple, en Iran-même et à l’étranger, pour renverser la tyrannie religieuse de Téhéran.

Ce qui rend aussi dangereux les claviers des Moudjahidine du peuple est l’écho qu’ils donnent aux actions des unités de résistance à l’intérieur des frontières du pays, ce qui a largement contribué à la popularité et à la multiplication de ces unités. C’est pourquoi d’ailleurs toute la panoplie des dirigeants du régime, à commencer par la personne-même d’Ali Khamenei, ne cachent pas leurs préoccupations face aux évènements qui s’annoncent en 2019. Rien que lors du dernier mois, les unités de résistance ont mené non moins de 124 actions à travers le pays, dans lesquelles elles ont attaqué la machine de propagande, les centres de répressions et les centres de formation de l’élite clérical du pouvoir.

Sur la scène internationale, ce qui inquiète de plus en plus le clergé de Téhéran, ce sont les appels à la reconnaissance du droit du peuple iranien à résister et à renverser le pouvoir en place. Ces appels se sont faits de plus en plus visibles, de la manifestation du 8 février de Paris, en passant par Varsovie et tout récemment encore au colloque des perspectives de l’Iran en 2019 à la salle Colbert de l’Assemblée Nationale.

Dans toutes ces manifestations, les Moudjahidine du peuple ont prouvé par leur puissance de mobilisation, et par le large éventail du soutien qu’ils récoltent, qu’ils sont l’interlocuteur privilégié pour toutes les parties qui commencent à réfléchir sérieusement à une période post république islamique.

Le message commence à passer. Lors du sommet de Varsovie, Mohammad Javad Zarif, le ministre iranien des Affaires étrangères, a blâmé la Pologne pour avoir autorisé la présence des Moudjahidine du peuple, qu’il qualifiait de "terroristes". Réponse du ministère des Affaires étrangères de la Pologne via son compte twitter : "Il n’y a aucun terroriste aujourd’hui à Varsovie. Il n’y a qu’un appel à la démocratie, à la liberté et à la solidarité."

Recommandés

Derniers infos et articles