728 x 90

Journée des enseignants en Iran

Les enseignants protestent dans 18 provinces contre la dictature et les injustices

enseignants en Iran
enseignants en Iran

À l’occasion de la Journée des enseignants, de nombreux groupes d’enseignants et d’universitaires ont organisé des manifestations dans des dizaines de villes en 18 provinces à travers l’Iran. Ils ont condamné le régime répressif et appelé les militants des droits de l’homme à agir pour la libération des enseignants en détention. Ils ont scandé: «Les enseignants sont en prison, les pillards sont en fuite», «Les enseignants détenus doivent être libérés» et «Travailleurs, enseignants, unissez, unissez». Un nombre impressionnant de femmes étaient parmi les manifestants.

Ils portaient des pancartes sur lesquelles il était écrit: «Une éducation gratuite et de qualité est le droit des enfants iraniens» et «Le salaire des enseignants est égal au tiers de celui qui marque le seuil de pauvreté».

Un Conseil national de la Résistance iranienne a rapporté le 2 mai des manifestations à Téhéran, Mashhad, Kermanshah, Tabriz, Ahvaz, Sanandaj, Ispahan, Yazd, Urumieh, Qazvin, Chiraz, Karadj, Arak, Hamedan, Ardebil, Sari, Khoram-Abad, Rasht, Ilam, Mahabad, Kamyaran , Javanroud, Divandareh, Islam Abad, Qorveh, Torbat Heydarieh, Mamassani, Boukan, Marivan, Dehkalan, Saqez, Aligoudarz, Doroud et de nombreuses autres villes.

A Kermanshah les enseignants scandaient « salaires astronomiques, pauvreté publique », « vie correcte, dignité, notre droit absolu », «tant d’injustice jamais vu par aucun peuple » . A Karadj les manifestants scandaient « laisse tranquille la Syrie, occupes-toi plutôt de nous », « nous ne lâcherons avant de gagner notre droit » et « l’enseignant ne s’en dort pas, il déteste la discrimination ».

A Ahvaz les manifestants portaient des pancartes avec les slogans « non à la différence de classe, à la discrimination et à l’injustice », « l’enseignant ne s’en dort pas, il déteste l’injustice. »

À Téhéran, les forces répressives ont tenté de disperser les manifestants, mais ont fait face à une résistance. Nombre de manifestants ont été arrêtés.

Maryam Radjavi, présidente élue de la Résistance iranienne, a salué les enseignants en quête de liberté qui ont pris la défense de leurs droits et a appelé la population, en particulier les étudiants, à soutenir les enseignants et leurs justes demandes. Elle a également appelé les organisations internationales en défense des droits de l’Homme et les syndicats d’enseignants du monde entier à condamner le régime iranien et à prendre des mesures urgentes pour la libération des enseignants arrêtés et détenus.

Recommandés

Derniers infos et articles