728 x 90

25 mai 1972

Les fondateurs des Moudjahidine fusillés par le Chah

Un prix de sang pour défendre l’Honneur des Iraniens

Mohammad Hanifnejad, le principal fondateur du mouvement des Moudjahidine en 1965, s’est révolté contre la dictature, l’intégrisme et la lâcheté
Mohammad Hanifnejad, le principal fondateur du mouvement des Moudjahidine en 1965, s’est révolté contre la dictature, l’intégrisme et la lâcheté

Le 25 mai 1972, trois fondateurs de l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI), principale opposition au pouvoir monarchiste, et deux hauts responsables de ce mouvement sont fusillés par le pouvoir du Chah.

Mohammad Hanifnejad, Saïd Mohsen et Ali-Asghar Badizadegan sont les trois fondateurs du mouvement qui sont passés par les armes après plusieurs mois de sévices subies en prison. Ils seront accompagnés ce jour-là par deux de leurs compagnons, Mahmoud Asgarizadeh et Rassoul Mechkinfam.

Le mouvement des Moudjahidine a été fondé en 1965 alors que la monarchie des Pahlavi est à son apogée et rien ne paraît l’inquiéter. La dictature monarchiste a réussi à réduire en silence une opposition réformiste devenue bien trop consentante après le coup d’Etat de 1953 contre le pouvoir nationaliste de Mohammad Mossadegh, qui donna suite à une répression sans merci qui ne tolèrera pas la moindre opposition.

Les Moudjahidine du peuple se révolteront contre la lâcheté destinée à se sauver la peau en admettant qu’on ne peut rien faire face au pouvoir, au mépris de tout un peuple écrasé sous les bottes de la dictature.

Ils se révolteront aussi contre une conception intégriste de l’Islam, prônée par un clergé qui justifie alors le pouvoir en place et toutes ses exactions. Les fondateurs des Moudjahidine du peuple s’appliqueront à formuler une vision de l’Islam toute contraire à celle des Ayatollahs. Dans le concept créé alors par ces derniers aussi bien dans la société que dans les milieux politiques, ils rejèteront les alliances basées sur les différents entre " athées" et " croyants", pour souligner que le principal différent qui prévaut en Iran est celui qui divise " l’oppressé" et " l’oppresseur" : une thèse qui vaudra une grande popularité à cette jeune organisation politique.

Le mouvement connaîtra donc ses débuts avec les trois fondateurs, dans une chambre estudiantine dans une ruelle au centre de Téhéran, avant de devenir bientôt la principale opposition qui aura de larges ramifications dans toute la société iranienne.

C’est pour cette raison que la Savak, la police secrète du Chah, entrera en scène pour frapper et mener de grandes rafles dans le mouvement. Les tortures et les exécutions ont donc été la réponse du Chah à un mouvement qui revendiquait les droits à la liberté d’un peuple. Ce tribut du sang, les fondateurs et les membres des Moudjahidine du peuple savaient qu’ils l’avaient à payer dès le premier jour. Ils ont choisi de payer ce prix pour défendre l’Honneur des Iraniens et ne pas les laisser écraser dans le silence.

Recommandés

Derniers infos et articles