728 x 90

Iran – Un ministre reconnaît le mécontentement général:

" Les lois de la nature sont bien plus impitoyables qu’on le pense"

Manifestation des commerçants de Téhéran, l’été dernier - À force de ne pas obtenir de réponse, les revendications économiques se sont mutées en une aspiration au renversement du pouvoir en place
Manifestation des commerçants de Téhéran, l’été dernier - À force de ne pas obtenir de réponse, les revendications économiques se sont mutées en une aspiration au renversement du pouvoir en place

" Si on n’arrive pas à satisfaire la population, on sera confronté à des problèmes fondamentaux qui nous nuirons. Les lois de la nature sont bien plus impitoyables qu’on le pense", a dit lundi le ministre de l’intérieur du gouvernement Hassan Rouhani, lors d’une conférence.

Abdolreza Rahmani Fazli s’est référé aux " récents troubles" qui traversent le pays sous forme de protestations et de révoltes continues.

" Ce genre de menaces qui nous défient depuis plusieurs mois sont des plus dangereuses et on ne doit pas les sous-estimer", a ajouté le ministre dont les propos ont été relayés par les médias officiels.

Depuis les révoltes de décembre et janvier dernier, l’Iran est la scène des protestations des diverses couches de la population, dont les jeunes chômeurs, les étudiants, les épargnants spoliés par les banques, les commerçants, les sidérurgistes, les agriculteurs, les cheminots et les routiers.

Malgré une répression brutale, le pouvoir en place n’arrive pas à mâter ces mouvements qui continuent dans des cycles de protestations qui reprennent après un court répit, à l’image des grèves générales perpétrées par les routiers qui sont à leur quatrième cycle de protestation en 2018.

Ces manifestations se sont sensiblement radicalisées depuis les révoltes de décembre 2017 et à force de ne pas obtenir de réponse, les revendications économiques se sont mutées en une aspiration au renversement du pouvoir en place.

" Sans le maintien de la sécurité nous ne pourrons rien faire. La raison veut qu’on anticipe sur les évènements en matière de sécurité ", a dit Rahmani Fazli lors de la même conférence.

Le marasme économique risque de surprendre le régime avant qu’il puisse anticiper sur les évènements. L’inflation fait des ravages. Une grande partie de la population n’arrive même plus à se nourrir décemment. Selon les experts économiques, entre 75 à 85% de la population vie en-dessous du seuil de la pauvreté. La classe moyenne est quasiment en train de disparaître.

Hier, à l’occasion de l’entrée en vigueur des sanctions américaines sur les exportations pétrolières de l’Iran, Hassan Rouhani a reconnu que la situation économique ne va pas s’améliorer dans un horizon prévisible.   

Recommandés

Deniers infos et articles