728 x 90

Iran – Un aveu rapidement supprimé par les agences de presse :

Les revenus de l’Iran ont chuté au tiers de ce qui avait été prévu dans le budget

" Les sources de revenu de l’Iran sont limitées", a reconnu Mohammad Bagher Nobakht, le président de l’Organisation du Plan et du Budget (OPB) du gouvernement
" Les sources de revenu de l’Iran sont limitées", a reconnu Mohammad Bagher Nobakht, le président de l’Organisation du Plan et du Budget (OPB) du gouvernement

Les revenus de l’Iran ont chuté au tiers de ce qui avait été prévu dans le budget, a annoncé le président de l’Organisation du Plan et du Budget (OPB) du gouvernement de Hassan Rouhani, ont indiqué les agences de presses officielles iraniennes, avant de supprimer rapidement cette dépêche de leurs sites Web.

" L’Iran produit 1,2 million de barils moins que ce qui avait été prévu", a ajouté Mohammad Bagher Nobakht, dans une réaction à une protestation des handicapés contre la diminution du budget qui leur sera consacré l’année prochaine.

Nobakht a exprimé ces aveux devant un groupe d’handicapés qui manifestaient lundi, à la veille de la Journée Internationale des personnes handicapées, devant le siège de l’OPB.

Le budget des organismes militaires comme l’armée régulière et les Gardiens de la révolution diminuera également de 10%, a encore précisé Nobakht qui a reconnu que d’autres groupes sociaux comme les enseignants contestaient également le budget qui leur a été consacré pour l’année prochaine, avant d’expliquer : " mais les sources de revenu sont limitées".

La baisse de la production et celle des exportations du pétrole iranien sont due à la seconde série des sanctions américaines imposées depuis le 4 novembre dernier.

En mai dernier, le président Trump a décidé le retrait des États-Unis de l’accord nucléaire signé en juillet 2015 entre l’Iran et cinq puissances internationale, jugeant que cet accord ne peut garantir la fin de la course de l’Iran à la bombe atomique et qu’il n’a pas pu réduire le développement de ses missiles balistiques, ni ses interventions destructrices dans le Moyen-Orient. Deux séries de sanctions avaient alors été annoncées par le président américain, la première pour 90 jours, la seconde pour 180 jour après l’annonce de cette décision.

 

Recommandés

Deniers infos et articles