728 x 90

Iran – Afghanistan :

Les Talibans de plus en plus liés à Téhéran

Les combattants des Talibans afghans sont formés en Iran, par la Force Qods, l’unité d’élite des gardiens de la révolution pour les opérations extraterritoriales
Les combattants des Talibans afghans sont formés en Iran, par la Force Qods, l’unité d’élite des gardiens de la révolution pour les opérations extraterritoriales

Fazil Rahman Khadem, le directeur de la Direction de lutte anti-terroriste de la police de Herat, en Afghanistan, a révélé que le consulat du régime iranien est derrière le meurtre de son frère.

"Toutes les attaques ciblées en série à Herat ont eu lieu sur les directives de Mahmood Afkhami Rashidi, le haut consul général iranien dans la province", déclare Khadem.

Plus de 134 personnes ont été arrêtées en lien avec les meurtres ciblés. "La plupart des détenus ont avoué avoir pris pour cible des personnalités emblématiques et des hauts responsables de la sécurité à Herat sur les directives du Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI) et des agents de sécurité iraniens ", ajoute le chef de l’anti-terrorisme à Herat.

Certains membres du Conseil provincial de Herat ont confirmé que les pays voisins s'ingèrent dans les affaires intérieures de l'Afghanistan. Ils sont persuadés que des intérêts politiques particuliers se cachent derrière les complots terroristes dans la province.

Récemment, les médias officiels iraniens ont diffusé des informations détaillées sur les négociations du régime iranien avec les talibans à Téhéran. Le 31 décembre, le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Bahram Ghasemi, a déclaré qu'une délégation talibane se trouve à Téhéran depuis le 30 décembre et poursuit des négociations " détaillées " avec une délégation de Téhéran conduite par le ministre adjoint des Affaires étrangères Abbas Araghchi.

"Je confirme. Après la visite du secrétaire du Haut Conseil de sécurité nationale, Ali Shamkhani, en Afghanistan, nous avons accueilli une délégation talibane à Téhéran, qui a eu des négociations détaillées avec Abbas Araghchi ", a déclaré Ghasemi.

Avant cela, l'agence de presse Tasnim, proche de la force Qods (force chargée des opérations extraterritoriales du CGRI) avait diffusé des informations sur les relations entre les Talibans et Téhéran. Selon Tasnim, le 18 mai 2018, une délégation politique talibane a quitté le Qatar pour Téhéran et a discuté de la question de l'immigration afghane avec les responsables iraniens de la sécurité. Cependant, le porte-parole du cabinet de M. Rouhani, Mohammad Bagher Nobakht, l'avait jugé peu judicieux et n'était pas au courant de la question.

Les États-Unis accusent également le régime iranien de soutenir les Talibans. Le 23 octobre 2018, le département du Trésor américain a sanctionné huit personnes, dont deux Iraniens, ayant des liens avec la force Qods pour avoir soutenu les Talibans en Afghanistan. " La fourniture par l'Iran des formations militaires, du financement et des armes aux Talibans est un autre exemple de l'ingérence régionale flagrante de Téhéran et de son soutien au terrorisme ", a déclaré le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin. " Les États-Unis et nos partenaires ne toléreront pas que le régime iranien exploite l'Afghanistan pour renforcer son comportement déstabilisateur."

" En Afghanistan, l’Iran accroît son aide aux talibans", indiquait aussi Le Figaro, dans un article, le 18 septembre dernier. " Depuis quelques mois, Téhéran fournit aux talibans un niveau de soutien sans précédent", écrit le quotidien français qui précise que ce soutien iranien vise à saper les efforts des États-Unis, qui sont engagés dans une lutte coûteuse contre l'insurrection. Un commandant des talibans reconnaît que ces derniers sont formés par la force Qods en Iran. Leur formation comprend les arts martiaux militaires, le renseignement et les sujets stratégiques, la production d'engins explosifs improvisés et des leçons sur la conduite d'attentats suicides.

Selon Figaro, le régime iranien tente de s’implanter en Afghanistan comme il l'a fait au Liban. Le commandant a également stipulé que le régime accorde aux talibans deux fois plus que ce que les talibans demandent, mais qu'en retour, le régime iranien charge les talibans d'intensifier ses attaques contre les forces américaines en Afghanistan.

Certaines bases d'entraînement sont situées près de la frontière Iran-Turkménistan en sur le sol iranien et d’autres sont situées près de la ville de Mashhad au nord-est de l'Iran. Le commandant taliban n'a pas caché sa surprise lorsqu'il a parlé de la présence de l'armée russe qui fournit des fusils d'assaut et du matériel militaire aux Talibans.

Parallèlement à ces mesures, le régime iranien tente de former un groupe chiite militant de l'ethnie chiite Hazaras Shia qui rejoint la division Fatemiyoun. La Division Fatemiyoun, également connue sous le nom du Hezbollah d’Afghanistan, est une milice afghane chiite constituée par le CGRI en 2014 qui emploie ces contingents afghans pour combattre en Syrie afin de soutenir le dictateur Bachar al-Assad.

Recommandés

Derniers infos et articles