728 x 90

Nouvelle stratégie antiterroriste de Washington :

L’Iran dans le collimateur

Le conseiller américain à la sécurité nationale, John Bolton, répond aux questions des journalistes après avoir annoncé que les États-Unis se retireraient du Protocole de Vienne et du Traité d'amitié de 1955 avec l'Iran
Le conseiller américain à la sécurité nationale, John Bolton, répond aux questions des journalistes après avoir annoncé que les États-Unis se retireraient du Protocole de Vienne et du Traité d'amitié de 1955 avec l'Iran

 

L'administration Trump accorde une plus grande priorité à l'Iran et aux groupes radicaux qu'elle soutient dans un nouveau document de stratégie antiterroriste américain publié jeudi qui augmente encore la pression de Washington sur Téhéran.

Cette stratégie, dévoilée par le conseiller à la sécurité nationale John Bolton, est la première depuis 2011, année où la vision du gouvernement Obama en matière de lutte contre le terrorisme était presque exclusivement axée sur la menace posée par Al-Qaïda après le décès de son fondateur, Oussama ben Laden.

La priorité accordée à l'Iran cette fois-ci reflète la volonté du président Donald Trump de contenir l'influence de l'Iran au Moyen-Orient, de réduire son programme de missiles balistiques et son soutien aux groupes extrémistes et de l'amener à la table des négociations en imposant de nouveau des sanctions américaines.

L'Iran n'a été cité qu'une seule fois - à l'avant-dernière page - de la stratégie antiterroriste de 2011 en tant qu'État "actif" parrainant le "terrorisme".

Mais le présent document montre comment l'administration Trump a placé l'Iran au centre des préoccupations américaines.

" Les États-Unis font face à des menaces terroristes de la part de l'Iran, qui demeure le principal commanditaire du terrorisme, la banque centrale mondiale du terrorisme international depuis 1979 ", a déclaré M. Bolton aux journalistes.

"Les groupes terroristes parrainés par l'Iran, tels que le Hezbollah libanais, le Hamas et le Djihad islamique palestinien, continuent de représenter une menace pour les États-Unis et nos intérêts ", a-t-il dit.

Bolton a décrit les " groupes terroristes islamistes radicaux " comme la principale menace terroriste transnationale pour les États-Unis et les intérêts américains à l'étranger.

 

Le pétrole iranien

Les États-Unis prévoient d'imposer de nouvelles sanctions contre le secteur pétrolier iranien le 4 novembre. M. Bolton a déclaré que l'administration vise à contraindre tous les importateurs de brut iranien à réduire leurs achats à zéro.

"Notre objectif est qu'il n'y ait aucune dérogation aux sanctions pour que les exportations de pétrole, de gaz et de condensats iraniens tombent à zéro. Je ne dis pas que nous y parviendrons nécessairement, mais personne ne devrait se faire d'illusions sur l'objectif à atteindre ", a dit M. Bolton.

L'idée maîtresse de la nouvelle stratégie, a dit M. Bolton, est de poursuivre les extrémistes " à leur source " et de les couper " de leurs sources de soutien ", des objectifs qui semblent en partie viser le soutien de l'Iran à des groupes comme le Hezbollah et les rebelles du Houthis du Yémen.

Les documents de stratégie antiterroriste décrivent les grandes lignes d'un plan d'action de l'administration américaine pour lutter contre la menace de l'extrémisme - de l'action militaire aux opérations de renseignement en passant par la coopération avec les partenaires et alliés et le recours aux sanctions et autres outils financiers.

(Avec Reuters)

Recommandés

Deniers infos et articles