728 x 90

L'Iran et le "point d'étranglement"

" Aujourd'hui, nous sommes au point où tous les espoirs sont étouffés " reconnaît un député
" Aujourd'hui, nous sommes au point où tous les espoirs sont étouffés " reconnaît un député

3 mai 2018

 

Un membre du Majlis (Parlement) a récemment utilisé le terme "point d'étranglement" pour décrire le statu quo du régime iranien. Ce point peut être défini comme une colère croissante de l'opinion publique à l'égard de l'élite dirigeante à Téhéran.

"Lorsque nous sommes confrontés à une variété de crises, nous ne pouvons pas trouver de solution à la question principale. Les gens ont perdu tout espoir dans l’élite du pouvoir. Aujourd'hui, nous sommes au point où tous les espoirs sont étouffés ", a ajouté Mohammad Ali Vakili, le 1er mai 2018.

Mohammad Javad Jamali, un autre député iranien, a décrit ce " point d'étranglement " sur la scène internationale.

"Cette année sera une année diplomatique difficile pour nous. Surtout en ce qui concerne la décision que le président américain Donald Trump est sur le point de prendre au sujet de l'accord nucléaire iranien. Dans la région, l'Arabie saoudite a lancé une guerre en bonne et due forme contre nous. Bahreïn et un certain nombre d'autres pays se trouvent dans des circonstances similaires", a-t-il expliqué, le 2 mai 2018.

Le terme "année diplomatique difficile" est confirmé par l'isolement international croissant du régime. La décision du Maroc de rompre ses relations avec l'Iran le signe le plus récent de cet isolement.

A l'intérieur de l'Iran, le quotidien Arman, proche du gouvernement, fait état d'une crise sociale qui fait suite au filtrage de la messagerie Telegram par le gouvernement. Un Iranien sur deux, doit 40 millions de personnes sont présents sur Telegram.

La pièce se lit en partie comme suit :

"Malgré tous les problèmes auxquels nous sommes déjà confrontés, tels que l'éventuelle abrogation de l’accord nucléaire, les crises financières et bancaires et ainsi de suite, pourquoi mettons-nous autant d'énergie sur le Telegram. Pourquoi nous engager sur un terrain que nous avons déjà testé et dont nous n'avons obtenu aucun résultat ? ", demande le quotidien Arman.

La réponse à cette question n'est rien d'autre que le terme "point d'étranglement", c'est-à-dire l’impasse et le désespoir d'un régime en proie à des tensions sociales et à un isolement international croissant.

Recommandés

Deniers infos et articles