728 x 90

Malgré plus de 250 arrestations, la grève des routiers continue:

Maryam Radjavi appelle à soutenir les grévistes

Maryam Radjavi appelle à soutenir les grévistes  La grève des routiers s’est continué pour le 15e jour dans 310 villes de l’Iran
Maryam Radjavi appelle à soutenir les grévistes La grève des routiers s’est continué pour le 15e jour dans 310 villes de l’Iran

Dimanche, la grève des routiers iraniens est entré dans son quinzième jours de suite. Malgré 250 arrestations dans les milieux des grévistes, annoncées par les médias officiels, le régime n’a pas encore réussi à enrayer le mouvement. La plupart des camionneurs écroués ont été inculpés pour " perturbation dans le cycle des transports dans le pays et incitation à la grève ". Des arrestations ont eu lieu dans au moins 14 provinces du pays.

Les routiers protestent contre les bas salaires, le non-paiement des primes d’assurance, la non attribution des primes de difficultés du travail, la flambée des prix des pièces détachées, des taxes et des commissions qui bouffent une bonne partie de leurs revenus, les pots-de-vin reçus dans les terminaux de marchandises et par la police routière, des routes détériorées, les discriminations et des pensions de retraites dérisoires.

D’après les chaînes de Telegram entretenues par les grévistes à travers diverses villes de l’Iran, la grève a toujours continué aujourd’hui dans 310 villes du pays.

Dans les terminaux de marchandises dans une multitude de villes, aucun chargement n’a été effectué.

Maryam Radjavi a rendu hommage aux routiers iraniens pour le courage dont ils ont fait preuve dans cette grève qui continue, indique un communiqué du Conseil national de la résistance iranienne (CNRI).

La dirigeante de l’opposition iranienne a souligné que les rafles effectuées dans les milieux des grévistes traduit la vulnérabilité du pouvoir en place face à la grève générale des routiers et camionneurs.

" Les mollahs au pouvoir sont les pires pilleurs des richesses du pays qu’a connus l’Histoire de l’Iran. C’est pourquoi ils ne peuvent pas et ils ne veulent pas satisfaire les justes revendications des routiers iraniens ", a affirmé Maryam Radjavi, citée par la même source.

La présidente du CNRI a appelé toutes les organismes de défense des droits de l’Homme et des travailleurs, ainsi que les syndicats ouvriers à travers le monde à soutenir la grève des routiers en Iran, et à faire pression sur la théocratie en place pour libérer les grévistes écroués.

" Un régime qui menace les travailleurs de la peine capitale pour avoir fait la grève doit être mis au banc de la communauté internationale ", a déclaré Mme Radjavi.

Recommandés

Deniers infos et articles