728 x 90

Le Monde révèle l’arnaque du régime iranien contre Maryam Radjavi

iran arnaque
iran arnaque

Le journal Le Monde a révélé le faux compte Twitter du consul de France à Jérusalem, créé par le régime iranien dans sa campagne de désinformation contre la résistance iranienne.

L’arnaque visant Maryam Radjavi, présidente-élue du Conseil nationale de la résistance iranienne, a été découverte après une série de tweets annonçant la visite de cette dernière en Israël.

Le 23 juillet, le consulat général de France à Jérusalem a annoncé dans un communiqué que son consul, Pierre Cochard, avait « été l’objet d’une usurpation d’identité sur le réseau social Twitter ».

Les journalistes Madjid Zerrouky, Marc Semo et Claire Bastier qui ont rédigé l’article, précisent que « l’arnaque a été découverte après une série de tweets, publiés à partir de ce faux compte, et annonçant la visite en Israël de Maryam Radjavi, dirigeante des Moudjahidin du peuple iranien »,

« C’est le consul lui-même qui nous a alertés et nous avons fait fermer le compte immédiatement », a assuré le Quai d’Orsay. Un communiqué du Consulat précise : « Le Consul général de France à Jérusalem, M. Pierre Cochard, a été l’objet d’une usurpation d’identité sur le réseau social Twitter. M. Pierre Cochard ne communique sur Twitter, comme sur les autres réseaux sociaux, qu’à travers les comptes officiels du Consulat général de France à Jérusalem. »

"Cette affaire pourrait se rattacher à un réseau iranien de désinformation de plus grande ampleur", précise Le Monde qui explique la supercherie des mollahs.

Ces derniers vivent dans la hantise d’un renversement de leur dictature par les réseaux de la résistance qui se sont récemment activés dans le pays et préparent le sursaut populaire.

Le Monde a écrit: « Tout a commencé mercredi 17 juillet. A 6 h 16, un premier tweet est publié à partir du compte @pierre_cochard_, attribué au consul général de France à Jérusalem. « J’ai été surpris par une nouvelle reçue de la part d’un ancien collègue avec qui je travaillais à Téhéran », assure le faux Pierre Cochard annonçant que « Maryam Radjavi, la codirigeante de l’Organisation des moudjahidin du peuple d’Iran, une des plus opposées au régime iranien, s’est rendue en Israël ».

Le Monde ajoute: « Quatre tweets, écrits dans un français très approximatif, détaillent ensuite la prétendue visite : fixée le 17 juillet, elle aurait été arrangée par "Rudy Giuliani, l’avocat personnel du président Trump et de Boaz Rodkin, l’ambassadeur d’Israël en Albanie" . Au cours de sa visite, Mme Radjavi devait rencontrer "Yossi Cohen, le directeur du Mossad, qui a déjà coopéré avec les Moudjahidin sur le dossier nucléaire iranien » ainsi que le « premier ministre d’Israël", Benyamin Nétanyahou.»

Les amis du régime iranien

Les tweets du faux compte ont été repris par la Mehr News Agency, agence de presse proche du pouvoir. Les médias du régime comme ceux de ses alliés, y compris le Hezbollah libanais, reprennent l’information en la sourçant.

Le 19 juillet, Maryam Radjavi, dénonce sur Twitter les « mensonges » que l’Iran fabrique « contre la résistance iranienne ».

Les propos de @pierre_cochard_ sont néanmoins repris par les amis du régime des mollahs. Notamment par le journaliste français Georges Malbrunot, proche du régime iranien. Il a rapidement relayé la fake news, qualifiant de “pas surprenant” la fausse information. Il ajoute : « Qui livre parfois des infos sensibles aux MKO [abréviation utilisé par les islamistes iraniens pour désigner l’Organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran] ? »

La désinformation contre la principale force d’opposition en Iran

Le Monde explique:

« Le 23 juillet au soir, le profil @pierre_cochard_ est fermé. Dans un communiqué, le consulat général de France dénonce l’usurpation d’identité dont M. Cochard a fait l’objet.

« A première vue, le compte Twitter attribué à M. Cochard avait tout d’un vrai. "Des contenus anodins le montrant dans ses activités officielles et sans grand intérêt", ironise une source diplomatique. Le compte avait été créé en décembre 2013, soit presque trois ans avant l’arrivée de M. Cochard. Le nom du consul aurait donc pu être ajouté récemment, une fois piraté. Pendant longtemps, les rares informations, publiées en anglais sur ce compte, traitaient surtout de baseball. Les contenus ont changé de nature en mai. Plus politiques, plus réguliers et écrits en français.

« Certains experts y voient une signature iranienne. "On sait ensuite que depuis deux ans, l’Iran investit énormément dans le piratage et la désinformation, explique Ohad Zaidenberg, analyste spécialisé dans le renseignement numérique. Une des techniques consiste à l’usurpation du compte d’un officiel étranger pour faire passer de fausses informations en faveur du régime iranien. Le profil du consul pourrait être lié à une structure plus importante qui regroupe des centaines de profils usurpés."

« Contrairement à la stratégie russe consistant à instrumentaliser les réseaux sociaux, les faux comptes iraniens, aux contenus plus subtils, ont pour objectif de tromper des acteurs publics et les médias et de jouer une beaucoup plus ciblée stratégie d’influence.»

La réaction du CNRI

Les mensonges de l'agence de presse des gardiens de la révolution sur le voyage inventé de Mme Radjavi montrent le désespoir du régime et son besoin criant de faux renseignements et de fausses nouvelles contre la résistance iranienne.

La Commission de la sécurité et de la lutte contre le terrorisme du Conseil national de la Résistance iranienne (CNRI) a souligné la nécessité d’expulser le régime des mollahs des réseaux sociaux et des facilités cybernétiques. La cyber-machine des Pasdaran et du Vevak utilisent ces moyens uniquement pour diffuser des informations trompeuses, propager des mensonges, diaboliser l'opposition et ouvrir la voie à des actes terroristes.

Cette désinformation montre que le régime d’Ali Khamenei est prêt à dépenser des sommes colossales pour essayer de discréditer son principal ennemi politique. Preuve, s’il en était, de la puissance et de la crédibilité intrinsèque de la résistance iranienne. Le fait est que l’OMPI et les diverses composantes de la résistance font extrêmement peur au régime en fin de course.

Recommandés

Derniers infos et articles