728 x 90

Le mouvement pour la justice promu par les réseaux de la résistance en Iran

Le massacre des prisonniers politiques en 1988 en Iran

Le 24 juillet 2019, Téhéran, poster de la dirigeante de la résistance
Le 24 juillet 2019, Téhéran, poster de la dirigeante de la résistance

Au lendemain du rassemblement historique de la Résistance iranienne à Achraf 3, siège de l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI), les unités de résistance en Iran ont lancé une campagne pour soutenir l’appel de Maryam Radjavi pour traduire en justice les responsables du massacre de 30 000 prisonniers politiques en 1988. Cet appel a été communiqué le 14 juillet lors d’une réunion émouvante à Achraf 3, au quatrième jour d’événements inédits organisés par les Achrafiens dans leur nouvelle cité.

Ces unités de résistance ont mené leurs activités à travers le pays, notamment au Khûzistân, à Ispahan, à Téhéran, à Chiraz, à Borujerd, à Masjed Soleiman, à Gorgan et au Gilan. L’Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI), principale force structurée de résistance face au régime, a su constituer un réseau de résistance efficace dans le pays et prépare le terrain au sursaut populaire qui viendra à bout de la dictature moribonde.

- ---------------------------- -

À Ahvaz, dans le sud-ouest de l’Iran, des sympathisants de l’OMPI ont diffusé des portraits de Maryam Radjavi et des photos du nouveau musée d’Achraf 3, commémorant les « 120 ans de lutte pour la liberté et la souveraineté populaire en Iran ». Les membres de l'unité de résistance 733 ont réitéré, dans un message, leur engagement à poursuivre la lutte pour le renversement de la dictature intégriste et pour établir la liberté et la démocratie en Iran.

À Ispahan, les membres des unités de résistance ont diffusé des portraits de Maryam Radjavi lors du grand rassemblement de la résistance iranienne le 13 juillet à Achraf 3, la nouvelle cité des combattants de la liberté en Iran. Ils ont apporté leur soutien au combat de Maryam Radjavi pour le renversement des mollahs et l’instauration d’une république laïque et pluraliste. *****

À Téhéran, les sympathisants de l’OMPI et d’une unité de la résistance ont diffusé le message de la Résistance pour créer des unités et des conseils de résistance pour accélérer la chute du régime d’Ali Khamenei et des pasdaran.

Les militants de la cause de la liberté en Iran prennent des risques énormes en participant à ces activités clandestins contre la dictature islamiste. Cette dernière vient de condamner à mort plusieurs sympathisants de l’OMPI pour leurs activités pacifiques visant à dénoncer la répression que fait régner le régime dans la société iranienne.

À Chiraz, dans le centre-sud de l’Iran, l’unité de résistance 998 a également diffusé des portraits de la dirigeante de la Résistance et des images sur la conférence inédites du CNRI à Achraf 3 en juillet dernier. Sur un autre site, les sympathisants de l’OMPI ont installé une affiche avec le message de Maryam Radjavi: «Nous libèrerons l’Iran du joug des mollahs.»

À Borujerd, dans l’ouest de l’Iran, des sympathisants de l’OMPI ont installé une affiche avec ce message de Maryam Radjavi: "Le peuple iranien aspire à la liberté et sa résistance héroïque le mènera à la victoire."

À Masjid Soleiman, dans le sud-ouest de l’Iran, les membres de l’unité de résistance 711 ont installé une affiche de Maryam Radjavi lors de la conférence du CNRI à Achraf 3, où elle a appelé à la l’extension des activités des unités de résistance pour le renversement d’Ali Khamenei.

À Gorgan, dans le nord de l’Iran, les membres d’une unité de résistance ont diffusé des affiches de Maryam Radjavi avec ce message: «Notre mission: établir la liberté, la démocratie et les droits de l’homme en Iran. »

À Gilan, dans le nord de l’Iran, un membre de la résistance locale tient une pancarte indiquant «Vive l’Armée de libération nationale iranienne ».

À Kermânchâh, dans l’ouest de l’Iran, les membres d’une unité de la résistance ont distribué des affiches de soutien au mouvement pour la justice et pour demander des comptes aux responsables du massacre de l’été 1988en Iran.

À Téhéran, les membres d’une unité de la résistance écrivent des slogans contre le régime des mollahs et en soutien à l’opposition iranienne et les Moudjahidine du Peuple d’Iran.

À Chiraz, dans le centre-sud de l’Iran, les membres de l’Unité de résistance 444 ont installé des affiches soulignant leur détermination à faire valoir la justice pour les victimes du massacre de l’été 1988 en Iran.

À Tabriz, dans le nord-ouest de l’Iran, les membres d’une unité de la résistance ont distribué des tracts en faveur du mouvement pour la justice pour les victimes du massacre de 1988.

À Racht, dans le nord de l’Iran, les membres d’une unité de la résistance, à travers d’affiches et de tracts distribués, ont apporté leur soutien au mouvement pour la justice pour victimes du massacre de 1988 en Iran.

Recommandés

Derniers infos et articles