728 x 90

Washington annonce :

Nouvelles sanctions contre l’Iran

La réimposition des sanctions " vise à priver le régime des revenus qu'il utilise pour répandre la mort et la destruction dans le monde entier ", a dit M. Pompeo
La réimposition des sanctions " vise à priver le régime des revenus qu'il utilise pour répandre la mort et la destruction dans le monde entier ", a dit M. Pompeo

Le Trésor américain a déclaré vendredi de nouvelles sanctions contre le régime iranien pour son programme nucléaire et son soutien au terrorisme à travers le monde.

Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo et le secrétaire au Trésor Steve Mnuchin ont déclaré les sanctions, qui viseront les secteurs maritime, financier et énergétique du régime iranien. Les exportations de pétrole, qui représentent le financement de la plupart des activités illicites menées par le régime iranien, seront le principal objet des nouvelles sanctions.

Les responsables américains ont également déclaré que 700 entreprises, privées, et des compagnies d’aviation et de navigation seront ajoutés à la liste des sanctions américaines et se verront interdire l'accès aux réseaux commerciaux et financiers mondiaux.

La réimposition des sanctions " vise à priver le régime des revenus qu'il utilise pour répandre la mort et la destruction dans le monde entier ", a dit M. Pompeo, qui ajoute que " notre objectif ultime est de contraindre l'Iran à abandonner définitivement ses activités illégales et à se comporter comme un pays normal ".

Ces mesures rétabliront les sanctions qui ont été levées après la signature de l'accord nucléaire de 2015 entre le régime iranien et les puissances mondiales. A l'époque, Téhéran a bénéficié des avantages économiques et d'un accès aux avoirs gelés en échange de la suspension partielle de ses activités nucléaires et de la réduction de ses stocks d'uranium enrichi. Comme l'opposition iranienne l'avait prévenu, le régime a utilisé cette manne pour financer ses activités terroristes et alimenter les guerres et les conflits dans le Moyen-Orient. Le principal bénéficiaire de l'accord a été le Corps des Gardiens de la révolution (CGRI), qui est le principal instrument du régime pour réprimer les manifestations en Iran, mettre au point des missiles balistiques et poursuivre ses visées terroristes à l'étranger.

Les nouvelles sanctions, qui entreront en vigueur lundi 5 novembre, porteront un coup dur aux ressources financières du CGRI.

Recommandés

Deniers infos et articles