728 x 90

Iran – malgré la récession économique :

La part du lion du Vevak et des Gardiens de la révolution dans le budget 2019

Les Gardiens de la révolution se sont taillés la part du lion dans le budget 2019 qui a été proposé par Hassan Rouhani, le 25 décembre 2018
Les Gardiens de la révolution se sont taillés la part du lion dans le budget 2019 qui a été proposé par Hassan Rouhani, le 25 décembre 2018

Ni la récession économique, ni la liste croissante des entreprises qui ferment, qui sont dans l’incapacité de rémunérer les travailleurs ou qui sont obligées d’arrêter leurs lignes de production, ni la recrudescence sans précédent de la précarité et celui du chômage, n’ont pu faire hésiter le Guide suprême de la République islamique à consacrer la majeure partie de son budget 2019 à deux principaux organes qui ont pour priorité de maintenir le pouvoir en place : Les Gardiens de la révolution et le ministère de renseignement et de sécurité (le Vevak).

Quand le 25 décembre, Hassan Rouhani a remis le plan du budget 2019 au chef du Parlement, il a souligné que ce budget a été corrigé par Ali Khamenei, le Guide suprême de la République islamique, avant d’être rendu public.

Le sinistrement célèbre Vevak qui dirige les opérations des services secrets dans la répression des opposants à l’intérieur et dans le terrorisme d’État à l’extérieur du pays, se consacre la plus haute augmentation du budget par rapport à celui de 2018 soit 31%, avec une part de (près de 120 milliards €). Il est suivi par les non moins sinistres Gardiens de la révolution, avec 25,5% d’augmentation. Ces derniers s’attribuent la part du lion dans le budget 2019, avec 254 billions de rials (près de 530 milliards €).

En contrepartie le budget de l’armée régulière a diminué de 75% et celui du ministère de la Défense de 50% par rapport à celui de 2018, ce qui traduit une confiance de plus en plus réduite de la théocratie dans l’armée régulière qui est ainsi plus encore poussée à la marge par rapport aux Gardiens de la révolution.

Quoi qu’il en soit le budget 2019 démontre que le pouvoir en place n’a pas l’intention de régler les conflits sociaux, le niveau de vie des Iraniens et les problèmes économiques du pays, et mise par contre sur la répression et l’aventurisme meurtrier à l’étranger.

Recommandés

Derniers infos et articles