728 x 90

Iran – Inondations :

Plus d’un demi-million de sans-abris à Ahvaz

La province du Khouzistan (dans l’ouest de l’Iran) – Des sources locales et les médias sociaux indiquent que le nombre des sans-abri a dépassé largement un demi-million de personnes.
La province du Khouzistan (dans l’ouest de l’Iran) – Des sources locales et les médias sociaux indiquent que le nombre des sans-abri a dépassé largement un demi-million de personnes.

Alors que la ville d’Ahvaz (capitale de la province du Khouzistan, dans le sud-ouest de l’Iran) et les comtés avoisinants sont victimes des inondations dévastatrices depuis deux semaines, plus d’un demi-million de personnes sont devenues sans-abri dans ce sinistre. Neuf villes et 234 villages de cette province pétrolière ont été entièrement emportés par les eaux de crue.

La plupart des villes et des villages de cette province sont toujours cernés par les eaux de crue. Huit villes, Hamidiyeh, Guriyeh, Bostan, Rafi, Susanguerd, Fath almobin, Sheyban et Shoaybiyeh ont été entièrement évacuées, de même que des parties des villes d’Ahvaz, de Suse et des villes qui longent le fleuve Karoun.

"Quelques 400.000 personnes ont perdu toute leur vie dans la province du Khouzistan", a reconnu dimanche 7 avril Seyyed Reza Nouri, le député de la ville de Suse dans le parlement du régime.

Le mercredi 10 avril, le directeur général du Comité des urgences de la province reconnaissait, lui, que 46 000 personnes étaient sans-abri dans le Khouzistan.

Jeudi 11 avril, un responsable de la préfecture de la ville de Hamidiyeh révélait que plus de 8000 sinistrés ont été logé dans des campements qui ont recueilli les sans-abri.

Des sources locales et les médias sociaux indiquent cependant que le nombre des sans-abri a dépassé largement un demi-million de personnes.

Mercredi, avec la montée des crues, le Gouverneur de la province, Golamreza Shariati, a ordonné l’évacuation de cinq arrondissements de l’ouest de la ville d’Ahvaz, indique l’agence semi-officielle de presse, Isna.

D’autres informations alarmantes précisent que le régime a explosé la route reliant les deux villes d’Ahvaz et d’Abadan pour conduire es eau de crue vers la ville de Shadegan pour protéger les installations pétrolières. Cette initiative va produire une tragédie humaine dans plusieurs autres villes et villages qui se trouvent sur le chemin des eaux de crue.

La théocratie en place préfère noyer des dizaines de villes et de villages de la région plutôt que d’accepter des dégâts pour ses installations pétrolières. Elle s’est notamment refusée de conduire les eaux de la crue vers les marais d’Hawizeh, ce qui sauverait de nombreux villes et villages. La population a tenté d’intervenir elle-même pour établir des barrages artificiels conduisant l’eau vers Hawizeh mais les Gardiens de la révolution ont ouvert le feu, tuant une personne et faisant des dizaines de blessés.

Les Gardiens de la révolution ont également fait usage de violence contre les habitants d’Eyn-e Do, un village du district central du comté d'Ahvaz, qui avaient dressé des barrages artificiels pour conduire l’eau vers des terrains vagues qui appartiennent à l’armée, ce qui aurait pu sauver le village des inondations.

Sur place les protestations se multiplient contre l’absence des secours de l’État et les mesures de celui-ci pour sauvegarder ses installations pétrolières au mépris de la vie de la population locale.

Recommandés

Derniers infos et articles