728 x 90

Iran - sports :

Quand les stars du football iranien défient le Guide suprême

De droite à gauche : Vouria Ghafouri, Ali Karimi, Alireza Jahanbakhsh, Mehdi Rahmati, Sardar Azmoun, Kaveh Rezaei, Shojae Khalilzadeh et Hossein Mahini. Autant de stars du foot iranien qui viennent de défier le régime en place.
De droite à gauche : Vouria Ghafouri, Ali Karimi, Alireza Jahanbakhsh, Mehdi Rahmati, Sardar Azmoun, Kaveh Rezaei, Shojae Khalilzadeh et Hossein Mahini. Autant de stars du foot iranien qui viennent de défier le régime en place.

Tout a commencé par une réaction de Vouria Ghafouri, l’arrière gauche de la sélection nationale iranienne et du club d’Esteghlal, aux propos du ministre des Affaires étrangères, sur les ingérences de l’Iran dans le Moyen-Orient.

"Nous sommes fières de subir des pressions pour notre soutien à la résistance en Syrie, en Palestine, en Irak et au Liban", avait notamment dit Mohammad Javad Zarif.

La pilule a été difficile à avaler au footballeur qui a réagi dans un poste sur son Instagram : "M. Zarif, vous dîtes que vous subissez des pressions pour la Palestine, le Liban, le Yémen et la Syrie. Sachez que ce n’est pas vous qui subissez des pressions, c’est le commun des Iraniens qui subit les pressions".

Le défenseur de l’équipe nationale est même allé plus loin dans une interview avec la Télévision d’État, Irib, dans laquelle il a dit : "Dans leurs interviews, les dirigeants du pays tiennent des propos qui reviennent à mettre du sel sur la plaie du peuple".

"Alors que tout le peuple est sous pression, ils disent des choses qui empirent la situation", a ajouté Vouria Ghafouri. Le journaliste qui l’interroge est choqué par ce courage et lui demande s’il n’a pas peur des représailles après ces propos ?. La réplique : "Pourquoi devrai-je avoir peur ? Je n’ai rien dit de mal pour avoir peur ! C’est la vérité."

Ali Karimi, une star très populaire du foot iranien, aujourd’hui coach de Sepidroud de la ville de Racht (nord de l’Iran), n’a pas non plus laissé Zarif sur sa fin. "Quand vous dîtes nous subissons des pressions, de qui parlez-vous exactement ? Nous ou vous ? ", écrit-il dans son Instagram, non sans un zèle mêlé à l’humour. Il faut dire que ce n’est pas la première fois que Karimi s’en prend au pouvoir en place en Iran. Il a déjà dénoncé à plusieurs reprises la corruption du système.

 

La riposte du Guide suprême et la contre-attaque des footballeurs

Ali Khamenei, a riposté à ces assauts verbaux lors de son discours, lundi 18 février, sans nommer les deux footballeurs. "Ceux qui profitent de la sécurité qui prévaut dans le pays pour exercer leur métier ou faire du sport, ne sont pas reconnaissant", a déploré le Guide suprême.

Ces propos relayés aussitôt après le discours, ont été supprimé dans le reportage final que reprennent l’Irib et les médias d’État. L’agence de presse officielle Fars a quant à elle supprimé de son Twitter, la partie "faire du sport" de la riposte de Khamenei.

Il faut se mettre à l’évidence que Khamenei n’a pas osé confronter directement les deux stars, surtout que les médias sociaux iraniens ont manifesté un large soutien à la réaction de ces deux footballeurs aux propos de Zarif.

Mais le lendemain, le Comité disciplinaire du ministère des sports du cabinet de Hassan Rouhani a convoqué Vouria Ghafouri. La raison de cette convocation n’a pas été dévoilée, mais les médias sociaux ont eu du mal à ne pas l’attribuer aux récentes diatribes du défenseur de l’équipe nationale.

D’autres joueurs de renom sont alors entrés en scène pour défendre Ghafouri. Alireza Jahanbakhsh, qui évolue dans le milieu de terrain de Brighton & Hove Albion a réagi dans un poste sur son Instagram. "Les hommes authentiques n’ont jamais peur de dire la vérité ", écrit l’ailier de la sélection nationale sous une photo de son ami Ghafouri.

D’autres joueurs ont défilé sur les médias sociaux pour souligner leur soutien à leurs confrères, notamment Sardar Azmoun, l’avant-centre de Zénith Saint-Pétersbourg, Kaveh Rezaei qui évolue au Club Bruges KV en Belgique, Mehdi Rahmati, le gardien de but du club Esteghlal de Téhéran, et deux joueurs du Club Persépolis de Téhéran, Shojae Khalilzadeh et Hossein Mahini.

Combien de buts à zéro en faveur des footballeurs iraniens ?   

Recommandés

Derniers infos et articles