728 x 90

Qui est derrière le blocage du Telegram en Iran ?

Jusque-là, les efforts de la théocratie pour bloquer les moyens de communication ont été vains
Jusque-là, les efforts de la théocratie pour bloquer les moyens de communication ont été vains

7 mai 2018

 

 

"A ce jour, ce gouvernement n'a pas bloqué et ne bloquera aucun réseau social ou plateforme de messagerie ", a déclaré Hassan Rouhani sur son compte Instagram le 4 mai.

Le président de la théocratie iranien a également souligné que "le gouvernement n'approuve pas le blocage récent du Telegram".

Qui a dont bloqué le Telegram, si ce n’est le gouvernement qui a le pouvoir exécutif du pays ?

"C’est la justice qui a ordonné", indique Rouhani qui pointe un doigt accusateur vers Sadegh Larijani, le chef du pouvoir judiciaire et l’un des principaux rivaux du président dans les luttes intestines du pouvoir. Sachant qu’un Iranien sur deux utilise cette application de messagerie et que le blocage a soulevé une vague de mécontentements, le président iranien tente de prendre ses distances avec cette décision dans l’espoir de regagner une popularité largement effritée parmi ses anciens partsans, à cause du cumul des promesses non tenues.

Rouhani attaque aussi indirectement Ali Khamenei, le chef suprême du régime, le dirigeant non élu qui a le dernier mot sur toutes les questions d'État. "Même si les plus hautes autorités du pays décident de limiter ou de bloquer les communications du peuple, les véritables propriétaires de ce pays, le peuple, doivent être informés", écrit-il dans ses commentaires.

Cependant, selon les médias iraniens, l'ordre de bloquer le Telegram pendant les soulèvements nationaux qui ont eu lieu en décembre et janvier est venu directement du chef du Conseil de sécurité nationale, c’est-à-dire… Hassan Rouhani.

Le blocage du Telegram est crucial pour toutes les clivages du sérail. L'application a été largement utilisée lors des récents soulèvements pour diffuser des vidéos des manifestations. Le maintien du régime dépend du blocage de la libre circulation des informations à l'intérieur et à l'extérieur de l'Iran. Les responsables du régime iranien ont, à plusieurs reprises, déploré la façon dont les Moudjahidine du peuple et leurs réseaux en Iran ont pu utiliser le Telegram et d'autres plates-formes de communication sur le net pour organiser des manifestations à l'intérieur de l'Iran.

Jusque-là cependant, les efforts de la théocratie pour bloquer les moyens de communication ont été vains. Les utilisateurs de Telegram en Iran ont eu recours à des réseaux privés virtuels (VPN), des proxys et d'autres outils pour contourner le blocage sur Telegram. Selon le Web site de classement Alexa, 24 % des visiteurs du Telegram sont en Iran.

Recommandés

Deniers infos et articles