728 x 90

Sept million d’enfants privés de scolarité en Iran

Faute de moyens financiers un enfant sur trois est acculé au travail dans la rue ou tombe dans les fléaux sociaux comme la prostitution
Faute de moyens financiers un enfant sur trois est acculé au travail dans la rue ou tombe dans les fléaux sociaux comme la prostitution

En Iran, les frais de scolarité élevés et le prix des articles de papeterie priveront de nombreux étudiants de la scolarité.

Ali Khodaei, un responsable du régime iranien ministère du travail, reconnaît que: " Les prix de tous les articles nécessaires pour les familles ont soudainement augmenté et, dans cette situation, les frais de scolarité peuvent avoir des conséquences dangereuses."

" Les sonnettes d’alarme sonnent depuis des mois; Il ne sera pas surprenant que de nombreux élèves, et en particulier des filles, abandonnent leurs études si le gouvernement n'alloue pas un budget suffisant pour l'éducation des familles de la classe ouvrière."

 

La pression que font peser les frais de scolarité sur les familles est entre autre due au refus du ministère de l'Éducation de fournir le budget des écoles, ce qui a poussé de nombreuses d’entre elles de demander des frais d’inscription qui sont au-delà des possibilités financières de bonne nombre de familles.

 

La hausse des prix de la papeterie

Dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, une dame parle du coût élevé de la papeterie: " Hier, je suis allée acheter de la papeterie et cela m'a coûté 8 million de rials (environ 165 €). J'étais choqué! Les livres scolaires m'ont coûté 200.000 rials (4€)! La papeterie m'a coûté 3 million de rials (62€) et un sac à dos 3 million de rials (…) Certains cahiers, stylos et crayons de couleur coûtent 3 million de rials et certains manuels scolaires, 1.200.000 rials (25€). "

Ces derniers temps, les prix ont augmenté de 100% et les familles ne peuvent supporter les coûts. Les achats ont diminué de 50%. Une famille qui achetait 10 cahiers l’année dernière, ne pourrait en acheter que 5 cette année.

Le 14 septembre, l'agence de presse officielle Tasnim a publié une dépêche sur les coûts inattendus de la papeterie dans la province de Mazandéran, dans le nord du pays.

" Les prix ont augmenté et on ne peut plus acheter comme avant. Les familles ne peuvent pas subvenir aux besoins primordiaux de leurs enfants ", dit une mère de famille citée par Tasnim dans cette dépêche.

L'augmentation des frais de scolarité a contraint certaines familles à envoyer un seul de leurs enfants à l'école, car elles ne peuvent pas payer le coût de l'éducation pour toute leur famille.

 

Des chiffres qui parlent d’eux-mêmes

Le 23 septembre 2018, le journal Jahan Sanat a publié des chiffres choquants : " Le nombre d'enfants privés de scolarité est d'environ 7 millions en Iran ".

Le rapport ajoute: " Un sur trois des enfants de 6 à 18 ans, a abandonné la scolarité ou ne l’a jamais eu. "

En plus des frais de scolarité, les enfants des zones rurales n’ont souvent pas accès à un établissement proche de leurs lieux de résidence. C’est ce qui aggrave le problème de la scolarité.

C’est ainsi que de plus en plus d’enfants et d’adolescents ont recours au travail sur le marché noir ou tombent dans les fléaux sociaux comme la prostitution.

 

Recommandés

Deniers infos et articles