728 x 90

Dix jours de campagne :

S.O.S Arash Sadeghi

Arash Sadeghi se trouve dans un état de santé alarmant à la prison d’Evin, à Téhéran
Arash Sadeghi se trouve dans un état de santé alarmant à la prison d’Evin, à Téhéran

Un militant estudiantin iranien qui a déjà été incarcéré à trois reprises en 2009 et 2013, avant d’être condamné à 19 ans de réclusion par un tribunal de la Révolution à Téhéran, se trouve dans un état de santé alarmant.

Arash Sadeghi est arrêté une première fois le 9 juillet 2009 après l'annonce des résultats de l'élection présidentielle de 2009. Il est libéré après 90 jours puis encore arrêté en décembre de la même année.

Il est placé en isolement à la prison d'Evin, sauf une brève remise en liberté pour les funérailles de sa mère. En 2010, quand les fonctionnaires de sécurité entrent chez lui pour l'arrêter, sa mère subit une crise cardiaque et est hospitalisée8. Elle décède après quatre jours.

Selon sa famille, il se plaint d'avoir été battu et privé de ses droits en détention et il a fait une grève de la faim en soutien à un autre détenu, Hossein Ronaghi-Maleki.

En 2013, il est condamné à 19 ans de prison sous l'accusation de " propagande contre le gouvernement, propos diffamatoires contre le Guide suprême et action contre la sécurité nationale ".

Le 24 octobre 2016, il entre en grève de la faim pour protester contre la détention de son épouse Golrokh Ebrahimi Irayi, accusée pour un manuscrit dans son journal personnel. Celle-ci est condamnée à 5 ans de prison pour un texte non publié contre la pratique de la lapidation.

À la fin de l’été dernier, Arash est soudain atteint de graves douleurs au bras. Selon le diagnostic du médecin il est atteint d’une tumeur osseuse.

Le 11 septembre il est transféré de la prison d’Evin à un hôpital à Téhéran, où il est opéré le 12 septembre, avant d’être reconduit en prison le 15 septembre, contre l’avis du médecin soignant.

À l’hôpital, les gardiens ont un comportement choquant avec Arash Sadeghi. Ils le menottent au lit juste après son opération, empêchant les infirmiers de lui approcher, ce qui entraîne une infection de la plaie. Ce comportement a soulevé un tollé général parmi le personnel de l’hôpital.

Arash Sadeghi est actuellement privé des soins médicaux. Il est détenu dans des conditions insalubres. C’est là une tactique reconnue à maintes reprises par les gardiens pour ce qu’ils appellent " un décès silencieux " qui leur permet de se débarrasser d’un opposant, en prétendant qu’il s’est éteint d’un mort naturel.

Le Comité de lutte pour la libération des prisonniers politiques (CLPP) vient de lancer un appel de dix jours de campagne à partir de mardi 16 octobre pour sensibiliser l’opinion internationale et sauver Arash Sadeghi. Cetet campagne vise à faire pression sur le pouvoir en place en Iran pour faire soigner l’étudiant incarcéré dans un hôpital en dehors de la prison.

 

 

 

Recommandés

Deniers infos et articles