728 x 90

Iran - Inondations :

La Télévision d’État coupe les paroles du Préfet qui se plaignait de l’absence des secours

La ville de Mamulan (dans l’ouest de l’Iran) envahie de boue, après les inondations de dimanche et lundi dernier.
La ville de Mamulan (dans l’ouest de l’Iran) envahie de boue, après les inondations de dimanche et lundi dernier.

La télévision d’État iranienne, Irib, a coupé le 3 avril, la parole au Préfet de la ville de Mamulan dans la province du Lorestan, dans l’ouest de l’Iran, qui se plaignait en direct de l’inexistence des secours pour cette ville sinistrée par les inondations.

Dimanche et lundi dernier, la province du Lorestan a été traversée par des vagues de pluies diluviennes qui ont englouti de nombreuses villes sous les inondations. Cinq-cents immeubles ont été détruits dans la ville de Mamulan ou l’eau et le gaz ont été coupés, a indiqué le Préfet, Aziz Nazari, qui a ajouté que deux-cents habitations ont été envahies par l’eau dans les villages proches de cette ville.

"À cause de la coupure des lignes de téléphone portable, nous sommes sans nouvelle d’un grand nombre de villages sinistrés", a encore dit Nazari qui a par ailleurs révélé que les infrastructures routières ont été gravement endommagées, et que Mamulan et un grand nombre de villages qui en dépendent sont inaccessibles par les voies terrestres.

Le préfet de Mamulan s’est ensuite plaint du laxisme de l’État : "Les secours ne sont pas du tout satisfaisants et la population est très mécontente".

"Il y a une pénurie de médicaments. Certains médicaments sont fournis par les gens eux-mêmes ", a ajouté Nazari, avant d’être coupé par le présentateur qui l’a interrompu pour empêcher la suite de ses réprimandes.

Le Préfet a résisté dans un premier temps à cette interruption, en continuant de dire que les gens sinistrés souffrent des pénuries de pain, de farine et d’eau potable, avant d’être coupé avec plus de ténacité par le présentateur.

Les secours de l’État pour les zones sinistrées par les inondations sont en-dessous du minimum, ce qui a d’ailleurs engendré un tollé général dans la population sinistrée.

Recommandés

Derniers infos et articles