728 x 90

Les experts du régime iranien prévoient :

Le tsunami du chômage

" Je prévois qu'à la fin octobre, il y aura un tsunami du chômage ", prévoit un député du parlement du régime iranien
" Je prévois qu'à la fin octobre, il y aura un tsunami du chômage ", prévoit un député du parlement du régime iranien

La récession économique a entrainé une grave crise sociale qui se traduit notamment par un taux de chômage sans précédent, la précarité et des inégalités sociales plus que choquantes.

" Les deux-tiers de la population iranienne vivent en-dessous du seuil de la pauvreté. Ce chiffre est une triste réalité qu’aucun officiel n’ose reconnaître ", écrit le 5 mai, le site web eghtesadonline, dans un article intitulé " Les dos brisés sous le poids du chômage ".

L’article cite une dépêche du 23 octobre de l'agence de presse ILNA citant un expert en économie qui révèle que " près de 70 % des usines, ateliers et des mines du pays sont en faillite ou ont fermé ".

La catastrophe économique qui puise ses racines dans quatre décennies de mauvaise gestion économique, a pris une telle ampleur que les responsables iraniens la considèrent maintenant comme l'un des principaux défis de sécurité nationale auxquels ils sont confrontés, ajoute eghtesadonline.

Le 26 septembre, le journal Ettela'at cité toujours dans le même article, lance une mise-en-garde aux autorités: " La situation économique du pays a été la principale force motrice des récentes protestations qui sont analysées comme une réaction à une inflation de 10% et un taux de chômage de 12%. Les réactions seront d’autant plus sévères si le taux d'inflation était multiplié par dix et accompagné par une double crise bancaire et monétaire qui a déjà entraîné des augmentations extrêmes du taux de chômage."

Ettela'at fustige les homme d’État d’avoir négligé les avertissements continus lancés par les experts économiques, et de n’avoir rien fait pour contenir la récession économique.

Cette préoccupation croissante du régime iranien à l'égard de la situation économique est également reflétée dans un rapport récent du centre de recherche du parlement, dont s’est fait l’écho l’agence de presse Mehr le 2 septembre.

Officiellement connu sous le nom de Centre de recherche de l'Assemblée législative islamique, l’organisme a accès à des informations classifiées des ministères des Affaires étrangères, du Renseignement et de la Défense, et rédige des rapports qui sont uniquement destinés aux membres du parlement des mollahs.

Compte tenu du caractère secret et opaque du système politique iranien, le fait d'avoir accès à des informations classifiées en Iran, constitue un privilège qui aide à créer des rapports crédibles sur la situation socio-économique du pays.

Après avoir exprimé de graves préoccupations au sujet de la crise du chômage profondément enracinée, le centre de recherche du parlement iranien déclare : " Si on se souvient des manifestations de l'hiver 2017-2018, le taux de chômage des jeunes, des femmes et des diplômés universitaires dans différentes provinces constitue un avertissement qui révèle plus que jamais la nécessité de changer la trajectoire économique de l'Iran ".

Le centre qualifie d'alarmante l'augmentation du taux de chômage à plus de 15% et prévient à nouveau que " le taux de chômage des femmes de 15 à 29 ans dans les provinces du Kurdistan, de Kerman, d’Ardebil et de Kermanshah est respectivement supérieur à 84, 79, 78, et 76% ".

D’autres commentaires récents de responsables iraniens sont tout aussi révélateurs.

Le 14 septembre, des médias iraniens ont relayé les propos de Masoumeh Aghapuralishahi, membre de la commission économique du parlement : " Nous sommes plus qu’inondé par le fléau du chômage. Je prévois qu'à la fin octobre, il y aura un tsunami du chômage. Nous avons mis tellement de pression sur les fabricants à différents niveaux, y compris pour l'approvisionnement en matières premières, que le cycle de la production est confronté à de graves problèmes."

" Au lieu d'une économie islamique, on a mis en place une kleptocratie ", ajoute-t-elle.

"Le tsunami du chômage s'est produit dans l'économie iranienne il y a relativement longtemps et la situation économique plus complexe du mois dernier vient de le révéler plus clairement", confirme le site web Tejarat-e-Farda, dans un article publié le 29 septembre.

Le 29 août, l'agence de presse Isna cite le chef du groupe parlementaire "Kar" ("travail") : "Actuellement, une personne sur six travaille en Iran. Près de 20 millions de jeunes âgés de 15 à 29 ans sont au chômage. Le taux de chômage chez les hommes et les femmes de 15 à 29 ans est respectivement de 21 % et de 40 %".

Les sanctions américaines contre les exportations du pétrole iranien qui entrent en vigueur le 4 novembre vont couper court à la plus importante source de revenus du pays. Ajoutons ces circonstances à un système politique incompétente dans sa gestion économique et plus soucieuse de mater brutalement la dissidence que remédier à une économie en pleine récession, pour conclure que le tsunami est vraiment en route.

 

 

Recommandés

Deniers infos et articles