728 x 90

Iran – financement du terrorisme :

Une instance influente rejette le plus important projet de loi du GAFI

Le Conseil des gardiens, l’une des instances des plus influentes de la République islamique, a rejeté la CFT, le plus important des quatre projets de loi du Groupe d'action financière (GAFI), a déclaré dimanche Abbas-Ali Kadkhodaei, le porte-parole de ce conseil
Le Conseil des gardiens, l’une des instances des plus influentes de la République islamique, a rejeté la CFT, le plus important des quatre projets de loi du Groupe d'action financière (GAFI), a déclaré dimanche Abbas-Ali Kadkhodaei, le porte-parole de ce conseil

Le Conseil des gardiens, l’une des instances des plus influentes de la République islamique, a rejeté la CFT, le plus important des quatre projets de loi du Groupe d'action financière (GAFI).

Le porte-parole du Conseil des gardiens, Abbas-Ali Kadkhodaei, a déclaré dimanche que l'organisme de surveillance avait découvert "des failles et des ambiguïtés" dans le projet de loi sur la lutte contre le financement du terrorisme (CFT) après "de multiples sessions".

Le conseil, qui examine les projets de loi du parlement pour se conformer à la Constitution, a informé le parlement des "cas d'infraction à la charia, à la constitution" et à l'ambiguïté du projet, a-t-il ajouté.

La CFT est l'un des quatre projets de loi proposés par le gouvernement pour respecter les normes établies par le Groupe d'action financière (GAFI). Il a été approuvé par le Parlement iranien par 143 voix contre 120 le 7 octobre, mais devait recevoir l'aval du Conseil des Gardiens pour devenir loi.

Cependant ce conseil devait se prononcer sur un délai de 20 jours après le vote du parlement, ce qu’il n’a pas fait (il s’est prononcé 25 jours après cette date).

Samedi, l’Agence de presse officielle IRNA, indiquait dans une dépêche que le délai des vingt jours ayant été écoulé, le vote du parlement entre en vigueur conformément à la Constitution.

Les tensions sont donc loin d’être dissipées à ce sujet à l’intérieur du sérail.

Les débats du parlement ont révélé que même les alliés du régime iranien comme la Russie et la Chine, ont averti qu’ils ne seraient pas en mesure de continuer leurs transactions financières avec l’Iran, si celui-ci n’adhère pas aux quatre projets de loi du GAFI.

Cette adhésion sous-entend l’arrêt du financement des groupes mandataires de Téhéran tels que le Hezbollah libanais, le Hachd al-Chaabi irakien, les Houthis du Yémen, et d’autres organisations terroristes soutenues de longues dates par les ayatollahs. En plus cela compromettrait également les transactions financières des Gardiens de la Révolution et nomment sa Force Qods, dirigée par le Général Qasem Soleimani, intégrée dans la liste des organisations terroristes du département du Trésor américain.

 

 

 

 

 

Recommandés

Deniers infos et articles